30 Août 2017

Cameroun: Normalisation en RCA - le Cameroun toujours partant

La rétrocession du matériel militaire d'avant-hier intervient à la suite de l'envoi d'un contingent de soldats camerounais en Centrafrique.

Le Cameroun participe activement au processus de normalisation de la République centrafricaine. La rétrocession du matériel militaire d'avant-hier, dans la ville transfrontalière de Garoua Boulaï, à la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies (MINUSCA), pour le compte du gouvernement centrafricain, en constitue une preuve éloquente. La rétrocession dudit matériel à la MINUSCA, représentée par Anatole Clément Bannem, à la place des fêtes de Garoua Boulaï située à 246 kilomètres de Bertoua, chef-lieu de la région de l'Est, revêt un caractère particulier.

C'est en effet cette ville qui accueille l'essentiel des réfugiés centrafricains. Lors des moments difficiles dans l'Etat voisin, la population de cet arrondissement passe généralement du simple au double avec toutes les conséquences générées par un tel afflux. D'ordinaire, ce mouvement des réfugiés est maîtrisé au plan local. Le nouveau geste de solidarité du Cameroun vis-à-vis de la République centrafricaine intervient à la suite de très nombreuses marques d'attention notamment la sécurisation du corridor Douala-Bangui pour faciliter la circulation des personnes et des biens et l'envoi récent d'un contingent de soldats camerounais pour contribuer aux efforts de maintien de la paix au sein de l'Etat voisin. Autant l'envoi des soldats camerounais en Centrafrique s'est effectué sous l'égide de l'Organisation des Nations unies (ONU), autant l'organisation mondiale a suivi le processus de rétrocession du matériel militaire à qui de droit.

Le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo, ne s'est pas fait prier pour relever que « la solidarité et l'appui du Cameroun demeurent constants ». Ce n'est donc pas un hasard si Joseph Beti Assomo était accompagné à Garoua Boulaï par le ministre centrafricain de la Défense nationale, Joseph Yakete, le ministre délégué auprès du ministre de l'Administration et de la décentralisation chargé des collectivités territoriales décentralisées, Jules Doret Ndongo et par l'ambassadeur de la République centrafricaine au Cameroun, Martial Beti Marace, de même que le représentant de la MINUSCA, Anatole Clément Bannem. Non seulement, la rétrocession du matériel militaire illustre la solidité des liens qui unissent le Cameroun et la République centrafricaine, mais aussi et surtout, elle traduit le dynamisme de la coopération sous-régionale et internationale ainsi que la crédibilité du Cameroun dans le concert des nations et l'excellence de ses relations avec l'ONU.

Réactions

Joseph Beti Assomo: « Ce matériel appartient à la RCA »

Ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense.

«Le matériel que nous remettons à l'ONU a été retenu et sécurisé suite aux soubresauts ayant entraîné la chute du président François Bozizé en mars 2013. Ce matériel appartient à la République centrafricaine. Il a été reconditionné par les moyens mis à disposition par le président de la République du Cameroun. Le Cameroun est disponible pour ce genre d'actions. Le Cameroun soutient toutes les manifestations qui contribuent au retour de la paix en République centrafricaine. Le Cameroun souhaite que l'Etat voisin continue de progresser sur la voie de la paix ».

Joseph Yakete: « L'armée centrafricaine est en phase de restructuration »

Ministre centrafricain de la Défense nationale.

«Nos deux Etats ont une frontière commune. Des deux côtés de la frontière, des populations se déplacent. Notre pays ne souhaite pas être le maillon faible de la sécurité dans notre sous-région. Il a besoin d'être sécurisé et stabilisé pour ne pas servir de nid de déstabilisation. Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, l'a très bien compris. En dehors des liens de fraternité qui unissent nos deux pays, il œuvre pour la sécurité de la sous-région. C'est aussi le combat du président de la République centrafricaine, le professeur Faustin Archange Touadéra. L'armée centrafricaine, pour sa part, est dans sa phase de restructuration. Nos stagiaires sont en formation dans plusieurs académies militaires y compris celles du Cameroun. De cette formation dépendra la qualité de nos militaires et de notre armée dans l'intérêt du peuple centrafricain mais aussi de la sous-région tout entière ».

J'aime

Cameroun

Journée Mondiale de la Femme Rurale - Le Ndé danse au rythme de Bassamba.

Ce dimanche 15 octobre 2017, la prairie de Bassamba, point focal de la célébration de la Jmfr dans le… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.