30 Août 2017

Afrique: « La pornographie érode les ressources humaines de l'Ouganda »

 L'Ouganda est l'un des pays les plus consommateurs des images pornographiques en Afrique. Le gouvernement a décidé d'agir en se dotant d'un Comité de contrôle et d'une machine de détection du matériel pornographique. Mais certains Ougandais pensent que le gouvernement devrait d'abord régler les problèmes les plus prioritaires comme le chômage ou les soins de santé.

Le gouvernement ougandais a mis en place ce lundi un comité de contrôle de la pornographie. Le rôle de ce Comité de 9 personnes sera d' «appréhender » et « poursuivre » ceux qui s'adonnent à la pornographie.

Il sera aussi chargé de détruire les objets pornographiques, avec l'aide de la police et de sensibiliser et éduquer la population sur les dangers de la pornographie

Le gouvernement a aussi commandé une machine de détection de la pornographie coûtant 88 000 dollars qui pourra détecter et supprimer le matériel pornographique sur les ordinateurs et les téléphones portables.

Le ministre chargé de l'Ethique et de l'Intégrité, le révérend Simon Lokodo, a qualifié la pornographie comme « l'une des maladies les plus mortelles de ce pays ».

« L'affichage, la vente et la diffusion d'images pornographiques dans les médias imprimés et électroniques est l'une des principales raisons pour lesquelles nous avons des cas accrus d'abus de drogues chez les jeunes, les incestes, les grossesses chez les adolescentes et l'avortement, l'homosexualité et le lesbianisme », a dit Lokodo dans un communiqué, cité par le journal The Observer.

« Je suis également amené à savoir que la majorité des employés de bureau passent une grande partie de leur temps à télécharger et à regarder du matériel pornographique. C'est une autre confirmation que la pornographie érode maintenant les ressources humaines de l'Ouganda ».

Doutes sur les priorités

Pour certains Ougandais sur Twitter, de telles mesures sont une diversion du gouvernement pour cacher son incapacité à régler les vrais problèmes, tels que le chômage, l'accès à l'éducation ou à la santé.

« Chère Ouganda. Qu'est-ce qui est si terrible à propos de la pornographie pour qu'une machine porno soit plus urgente qu'une éducation ou des soins de santé décents? », s'est écrié un Twitto.

Dear Uganda.What is it thats so terrible about Pornography that a porn machine is more urgent than a decent education or healthcare?

- SonOfKaitesi (@brightJajja) August 29, 2017

« Le plus grand problème de l'Ouganda n'est jamais la pornographie, ce n'est pas la cause des mauvaises routes, hôpitaux, écoles et de tous les biens publics dans leur ensemble », pense un autre.

Uganda's biggest problem is NEVER pornography, it's not the cause of the poor roads, hospitals, schools and all public goods as a whole. https://t.co/WfRE5Q2kDF

- My Lawyer Ug (@mylawyerug) August 29, 2017

En février, Google Index révélait que l'Ouganda est le deuxième pays le plus consommateur de la pornographie en Afrique, après le Nigeria

Mots-clés OugandaPornographiesexualité

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.