31 Août 2017

Sénégal: Flambée des prix - Après le constat, le gouvernement dans la menace

Photo: Fraternité Matin
Fête de la Tabaski

Face à la spéculation provoquée par les pénurie et dysfonctionnements du marché, le ministre en charge du Commerce, Alioune Sarr, n'a trouvé d'autre alternative que de faire dans la menace.

Il a soutenu, hier, que le gouvernement n'acceptera pas une spéculation qui dégrade le pouvoir d'achat des consommateurs. Se voulant plus menaçant, il a indiqué que l'Etat n'hésitera pas à ouvrir davantage les frontières pour que le produit soit présent dans les coins les plus reculés du Sénégal. Car, explique-t-il, le rôle du gouvernement est de rassurer les consommateurs sénégalais que le marché est approvisionné et que l'Etat surveille étroitement l'évolution des prix pour éviter justement la spéculation inacceptable sur les prix.

«Cette visite entre dans le cadre de la mission quotidienne du ministère en charge du Commerce de suivre l'évolution des prix et de s'assurer de l'approvisionnement correcte du marché. Il est important qu'à la veille des grands évènements religieux comme la Tabaski que les services du département viennent dans les marchés constater de visu l'approvisionnement convenable du marché», a déclaré le ministre.

Poursuivant, il a tenté d'expliquer les tensions sur la pomme de terre et l'oignon en moins de trois jours de la Tabaski. «Nous avons une production locale de pomme de terre et d'oignon. Une production locale de pomme de terre qui est quasiment à près de 50 mille tonnes. Une production locale d'oignon qui est quasiment à plus de 350 à 400 mille tonnes. Vous savez que le gouvernement a décidé de faire la promotion de ces produits locaux», précise-t-il.

Non sans soutenir que l'Etat a également mis en place des mécanismes de régulation pour permettre à ce que toute la production intérieure de pomme de terre et d'oignon soit écoulée. Ainsi, argumente-t-il, à la fin de cette période de gel, l'Etat a ouvert le marché national. «Il y a toujours une coïncidence entre la fin du gel et le début de l'importation qui fait souvent qu'il y a une tension sur les prix.

Le gouvernement veille à ce que cela ne puisse pas endommager le pouvoir d'achat du consommateur. Aujourd'hui, nous avons constaté l'importation de plus de 40 mille tonnes d'oignon sur le marché pour une consommation de 15 mille tonnes. Au niveau de la pomme de terre également, nous avons pris les dispositions avec les commerçants pour que le marché soit convenablement approvisionné.

Au fur et à mesure que le produit est disponible sur le marché, les prix baisseront naturellement», a-t-il rassuré. Tout en reconnaissant que les prix tournent autour de 400 francs Cfa pour la pomme de terre et de 350 francs Cfa pour l'oignon en fonction de la variété.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.