31 Août 2017

Afrique: Comment trois burundais, burkinabé et ivoirien sont devenus blogueurs !

 Le 31 août, c'est la Journée internationale du blog. L'accès de plus en plus facile à Internet a favorisé l'éclosion des blogueurs partout sur le continent.

This Is Africa a approché certains d'entre eux, qui partagent les raisons pour lesquelles ils ont décidé de devenir blogueurs.

Armel Uwikunze, blogueur et journaliste burundais : « J'anime une blog parce qu'il m'est impossible de rester silencieux.

Silencieux face à la descente aux enfers de mon pays (le Burundi), face à mes rêves d'un avenir radieux pour mon pays, qui semblent aujourd'hui hypothéqués. J'écris aussi parce que c'est la seule arme que je sais manier et parce que la guerre des idées est la seule sorte de violence que je tolère.

Le blog est alors cet espace où je peux m'exprimer sans langue de bois, un journal intime mais à la fois public, qui me permet de partager mes idées et de mettre ma pierre dans l'édification d'une société, disons, meilleure que celle que nous avons ».

Bassératou KINDO, présidente de l'Association des blogueurs du Burkina, blogueuse à Tribune de femme:

« J'ai créé mon blog en 2011. C'est un ami du nom de Ange Kambou qui me l'avait fortement conseillé. Au début, je n'y trouvais pas grand intérêt, mais avec le temps, j'ai commencé à en être passionné et presque toutes les semaines je publiais un billet sur mon blog.

Je voulais parler de la femme. Les sujets sur les femmes me passionnent. Dans mon journal, j'animais une rubrique sur les femmes. J'en ai donc profité sur mon blog, soit pour faire la promotion des actions féminines ou dénoncer les injustices faites à la femme.

Tout ce qui touche à la femme, me touche. Je suis également une femme. Je vis la réalité de la femme. Injustice, violence, marginalisation, etc.

Beaucoup de femmes en Afrique sont toujours au second plan, pas qu'elles ne sont pas compétentes, mais parce qu'on ne leur donne pas la chance de s'exprimer.

Et quand on parle de femme, ce n'est pas uniquement celles qui ont eu la chance d'aller à l'école. Elles sont d'ailleurs peu. Je parle des femmes rurales, et même citadines, qui ne s'engagent pas par manque de confiance en elles ».

Daouda Coulibaly, secrétaire général de l'Union Nationale des Blogueurs de Côte-d'Ivoire :

« J'ai commencé à bloguer parce que j'avais des choses à dire. Et je ne savais pas où le dire. Grâce à Internet, j'arrive à m'exprimer librement et à faire entendre ma voix.

Pour moi, le blog est l'espace de libre expression par excellence. Avec le blog, je suis mon propre directeur de publication, rédacteur en chef etc.

En tant que journaliste, j'invite tous les confrères à s'y mettre car c'est seulement comme ça qu'ils auront leur indépendance ».

Burundi

Ntahangwa - Les « lamentations » d'une future victime

Les bords de la rivière Ntahangwa continuent à s'effondrer, les travaux d'urgence de stabilisation des… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.