3 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Melane Nkounkolo, une chanteuse congolaise en Allemagne

Révélée grâce à sa présence sur les plates-formes musicales de « YouTube », la chanteuse congolaise trace sa route en signant un premier album en collaboration avec un groupe de jazz allemand Three Fall.

En collaboration avec le groupe de jazz Three Fall, Melane Nkounkolo vient de sortir un album de 14 titres le 25 août dernier intitulé « Four », littéralement « Quatre » en anglais. Cet album compte deux œuvres chantées en lingala. Il s'agit du N°4, « Tata na lola », et du N°7, « Moto Pamba ». L'artiste, née à Velbert (district de Düsseldorf) en Allemagne, signe tout à la fois, une manière de retrouver ses racines au Congo et de confirmer, au fil du temps, une carrière musicale entamée voici déjà plus de 11ans.

« La musique n'est pas à proprement parler mon choix », se justifie-t-elle. Et de préciser que « c'est plutôt la musique qui m'a choisie ». De 8 à 14 ans, Melane Nkounkolo a pratiqué la musique dans une chorale, fréquenté une école de musique avant d'être chanteuse en studio ou vocaliste de groupes de Cologne, Essen, Düsseldorf et d'autres grandes villes environnantes. Ses premières écoutes musicales seront celles de la musique du pays d'accueil de ses parents venus en Allemagne pour leurs études dans les années 80. « À l'époque, explique Melane Nkoukolo, je n'avais aucune idée de la musique congolaise ».

La découverte de la musique de son pays d'origine se fera grâce à des vidéocassettes ramenées par un ami de la famille du Congo et de l'Angola. L'artiste découvre les exploits musicaux et scéniques de Pepe Kalle (Empire Bakuba), Papa Wemba, Tshala Mwana, Madilu, Djuna Djanana, Patience Dabany. Très vite, ces visionnages seront relayés par les réseaux sociaux avec une panoplie d'autres artistes aussi talentueux les uns que les autres. « J'ai un plaisir renouvelé à les écouter régulièrement aujourd'hui encore », confie-t-elle, allant jusqu'à rappeler qu'en 2016, elle avait repris la chanson « Show me the way » en hommage à son auteur Papa Wemba.

Pour la suite ? C'est au sein du groupe composé initialement de trois allemands, séduits par sa voix puissante et radieuse, que l'auteur-compositeur-interprète va continuer sa route. D'un triangle, le groupe est passé à un rectangle. Ensemble, leur musique devient un ingénieux mélange de jazz, de rock / hip-hop, de l'Afrobeat, de Reggae, voire d'une dose de Soukous. Les musiciens, Til Schneider (trombone), Lutz Streun (clarinette-saxophone), et Sébastian Winne (batterie), se donnent à cœur joie pour accompagner la Congolaise dans les sonorités jazziques venues d'ailleurs.

Un ailleurs pour lequel Melane Nkounkolo puise dans son Congo natal, même si ses souvenirs demeurent « assez vagues ». « J'avais 3 mois lorsque je suis allée au Congo ! », plaisante-t-elle.

« C'est grâce à la musique que je maintiens ce cordon ombilical. Je compose et je chante en lingala. Plus qu'une musique, c'est un zest du saupoudrage du Congo pour créer le pont entre les arts, surtout instaurer une liberté d'expression afin de ne pas oublier d'où je viens. J'aimerais tant réaliser des projets pour les femmes noires en général et, particulièrement, celles qui n'ont pas eu la chance d'aller à l'école. Car comme aime à dire ma mère, "l'école c'est papa et maman», a dit la chanteuse.

De cette réflexion maternelle, après son baccalauréat et une formation dans le domaine commercial, elle poursuit en parallèle, à l'université de Cologne, ses études en communication multilingue qui seront sanctionnées d'une maîtrise option « études africaines ».

Congo-Kinshasa

L'invalidation des passeports semi-biométriques pose problème

En République démocratique du Congo (RDC), la polémique autour de l'annulation des passeports… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.