3 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Couleurs de chez nous - "Songi Songi"

Sans être une valeur sociale, le sujet de notre chronique a désormais intégré la culture congolaise. Condamné et décrié, le phénomène s'enracine et devient l'une des thématiques de la musique de chez nous. « Songi songi eboma mboka mama... » (le songi songi a détruit le pays). Mais de quoi s'agit-il ?

Il s'agit de cette attitude qui vise au colportage des faits. Médisance, affabulations, délation, etc., autant de mots pour la compréhension de tous, notamment des non-lingalophones (néologisme pour dire locuteurs de l'une des langues nationales des deux Congo). Rien à voir avec la rumeur car celle-ci est souvent une information retenue et contenue et que l'on diffuse par dose homéopathique à des fins bien précises. L'expérience a montré que la rumeur est parfois avérée.

Or, le songi songi, information du registre privé, ne donne pas lieu à une exploitation publique. Elle n'est pas frappée du sceau « pour large diffusion », car elle nuirait. C'est son caractère pernicieux qui plait à bien de Congolais qui y prennent du plaisir à fouiller dans la vie des autres pour une diffusion ciblée et avec impact. Quand ils ne trouvent rien, ils se lancent la fabrication des faits ou le montage de fausses informations. C'est tout comme. Objectif : déstabiliser.

Les victimes de cette pratique se comptent en millions et chacun de nous en a déjà payé les frais en termes de divorce, de licenciement, d'éviction, de perte, de chute, etc. Personne n'y échappe, de la ménagère au haut fonctionnaire en passant par l'ouvrier et surtout l'homme politique.

Les athlètes de ce sale métier sont aussi appelés les « langues de vipères ». Peut-être parce que ce qui sort de leurs bouches n'est pas moins venimeux. Si hier, le songi songi avait un champ limité, les nouvelles technologies lui ont donné une dimension planétaire. C'est en deux minutes qu'une information peut partir de France pour atteindre le Congo, rebondir en Chine, en Inde et s'évanouir aux États-Unis avec, le long de ce parcours virtuel, des dégâts incalculables. Et irréparables !

Véritable épidémie qui sape les relations entre Congolais, le songi songi n'a pas de remède. Ou si. Il suffit d'en analyser les causes ou les facteurs générateurs. Pour certains, il est le fait du chômage dans son acception la plus large. Imaginez un individu hyper occupé, l'esprit dans les dossiers, ou cet ouvrier sous pression de terminer un travail attendu. A-t-il le temps de battre le pavé ou de longer les couloirs à l'affût des secrets de gens ? Le songi songi exige du temps pour le colporteur et des oreilles libres pour entendre. Je doute qu'un médecin aux urgences, un taximan au volant ou monteur aient le temps à consacrer aux « songueurs ». C'est le nom qui leur est donné./-

Congo-Kinshasa

Le Premier ministre Bruno Tshibala sur la sellette

Bruno Tshibala, le Premier ministre de la RDC, est sur une chaise éjectable. Les quarante-huit heures qui lui ont… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.