4 Septembre 2017

Ile Maurice: Sunil Benimadhu - Un homme de son temps

interview

Sunil Benimadhu, directeur de la Stock Exchange of Mauritius, vient d'être reconduit à la tête de Global Finance Mauritius. Bien qu'il ait la tête dans les finances, il garde contact avec les réalités de la vie.

Quels sont vos domaines actuels de satisfaction au niveau de la Bourse ?

Les huit dernières années ont été riches en événements transformationnels pour la Bourse. L'équipe actuelle, avec l'apport de nos différents stakeholders et la Financial Services Commission, s'est concentrée sur l'application des projets importants suivants : 1) la modernisation du cadre opérationnel et réglementaire de la Bourse, 2) l'internationalisation de notre plateforme, 3) la diversification des produits, 4) un réel positionnement de la Stock Exchange of Mauritius (SEM) comme levier de financement pour les entreprises et de création de valeurs pour les investisseurs, et 5) le rayonnement de notre Bourse non seulement dans la région, mais aussi à l'échelle internationale, avec notre participation au niveau du conseil d'administration de la World Federation of Exchanges.

Où estimez-vous qu'il y a de la place pour l'amélioration dans le secteur ?

Il y a bien évidemment de la place pour le progrès et l'amélioration. Il est très important, aujourd'hui, que l'on travaille avec les décideurs politiques et les institutions du privé pour développer un écosystème financier à même de soutenir et d'accompagner la SEM dans son positionnement comme plateforme et levier de financement pour les émetteurs locaux, africains et étrangers. Il est important que l'on continue à travailler sur l'amélioration de la liquidité. Il est fondamental que l'on réfléchisse sur le développement de liens synergiques entre les opérateurs du secteur financier en vue de développer de nouveaux créneaux porteurs de plus de valeur ajoutée et de substance. J'espère que tous ces points seront largement débattus dans le contexte du Blueprint à venir.

Que faites-vous durant votre temps libre et durant les week-ends?

Je n'ai de temps libre que durant le week-end. C'est alors une période de relaxation, dont je profite pour me ressourcer en famille et avec les amis : petit-déjeuner prolongé, du temps consacré à mes trois chiens très câlins, repas spéciaux du dimanche concoctés par mon épouse, découverte des endroits qu'il me reste encore à voir à Maurice, un bon film ou une visite à la famille ou les amis proches.

Parlez-nous de votre famille.

Je suis marié à Karuna, qui enseigne le français et la littérature française au collège Maurice Curé. De notre union est né notre fils Yashnil, qui a 17 ans et étudie au Collège du St Esprit. Il suit un cursus quelque peu atypique, ayant choisi les mathématiques, la littérature anglaise et la littérature française au niveau du Higher School Certificate. Il me fait revivre les œuvres de Shakespeare, Chaucer et Keats et il m'a aussi présenté des auteurs contemporains tels que Jhumpa Lahiri et Aravind Adiga. Je suis moi-même issu d'une famille nombreuse de huit enfants, dont je suis le benjamin. Mes parents étaient des natifs de l'État d'Uttar Pradesh en Inde.

Cuisinez-vous ?

Non, je n'ose pas me mesurer aux talents de mon épouse dans ce domaine. Je préfère me contenter de faire la vaisselle de temps à autre ou de préparer le café.

Gourmand ou gourmet ?

Gourmand et gourmet. J'aime manger ce qui me plaît, notamment les plats épicés et pimentés. Mais j'adore aussi la cuisine gastronomique et découvrir les cuisines de différents pays. J'aime aussi la cuisine créole réunionnaise, française, thaïlandaise, indienne, ivoirienne et vietnamienne, entre autres.

Un péché mignon ?

J'aime bien le bon vin rouge. J'aime plaisanter en disant que le vin constitue l'une des grandes contributions de l'Homme à l'humanité. Je souscris entièrement aux propos de celui qui a dit que Wine is bottled poetry.

Pratiquez-vous du sport ? Lesquels ?

Depuis ma tendre enfance, je suis féru de sport, pratiquant le football, le volleyball, la natation et le tennis à différentes périodes de ma vie. Je joue encore au football chaque samedi avec la ferveur et l'enthousiasme de mes années d'adolescence au collège, même si les jambes ne suivent plus. Un vieux groupe d'amis et moi nous rencontrons chaque samedi sans faute sur le terrain du village de Côted'Or pour pratiquer notre sport favori. Certains de ces amis se surnomment Torres, Maradona, Veron, entre autres. L'aîné de l'équipe, Seelall, a 70 ans, et le benjamin, Matthiew, a 14 ans.

Quels livres lisez-vous actuellement ?

Je lis une collection de contes de Jhumpa Lahiri intitulée Interpreter of maladies et le livre de Paolo Coelho Adultery.

Qu'écoutez-vous à la radio ?

J'écoute la radio quand je suis en voiture le matin. J'écoute quelques fois la fin des débats organisés par les différentes radios en début de soirée. Ces temps-ci, mon fils me fait écouter plutôt ses chansons préférées quand je le dépose chaque matin au collège.

Et la télévision ?

Je regarde les émissions live de sport, notamment les matchs de foot et les émissions d'athlétisme. Les émissions d'histoire et les documentaires sur des thèmes qui m'intéressent me plaisent aussi. Je suis également les actualités télévisées de temps en temps sur CNN et BBC et les chaînes spécialisées telles que CNBC.

Quel type de musique écoutez-vous ?

J'adore la musique, mais je n'ai pas de préférence marquée pour un type en particulier. Tout y passe, la musique classique, le rock, la country, le reggae, le sega, le jazz, le R&B, entre autres. Parmi les interprètes, la liste est longue et inclut Manna Dey, Mohammad Rafi, Kishore Kumar, Bob Marley, Jimmy Cliff, Bam Cuttayen, Zulu, Brel, Ferrat, Joe Cocker, Led Zeppelin, John Denver et j'en passe. Je suis de la génération du séga engagé et je frissonne toujours en écoutant Montayn Bertlo. Parmi les groupes contemporains, je dois avouer que le groupe Coldplay fait vibrer mes fibres musicales. Je considère Chris Martin comme un compositeur et interprète génial. Il est époustouflant sur scène.

Pour vous, c'est quoi le bonheur ?

Je n'ai pas une conception du bonheur, mais plusieurs. Le bonheur est le sentiment d'être bien dans sa peau et dans son être, d'être vrai envers ceux qui nous entourent, et surtout ceux qui comptent. Le bonheur est le sentiment de donner le meilleur de soi-même dans tout ce que l'on entreprend et d'apporter ne serait-ce qu'une petite valeur ajoutée à ce à quoi l'on s'est attelé. Le bonheur, c'est de s'entourer de gens que l'on apprécie et avec qui on partage un brin de vie dans la joie et la simplicité. Le bonheur, c'est de pouvoir se laisser aller et apprécier la vie sans se prendre trop au sérieux. J'aimerais, comme dirait Georges Moustaki, «prendre le temps de vivre, d'être libre» et «vivre dans un état de bonheur permanent».

Qu'auriez-vous souhaité réaliser avant de quitter ce monde ?

Je n'ai pas un souhait particulier. Je souhaite voir notre fils grandir, réussir sa vie et respirer la vie à pleins poumons. Je souhaite apporter ma contribution, aussi petite soit-elle, à l'essor de mon pays et à l'émancipation de notre peuple. Je souhaite vieillir avec un esprit jeune, continuer à vivre intensément et à remettre en question le statu quo. Je souhaite vivre pleinement la vie d'ici-bas avec mon épouse.

Ile Maurice

Métro Express - «Rs 12,9 milliards pour les cinq stations surélevées»

Rs 37,1 milliards. C'est la somme totale qui devrait être déboursée pour la mise sur rail du… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.