29 Août 2017

Afrique de l'Ouest: Faut-il mettre fin au Franc CFA?

De nombreux intellectuels africains considèrent le FCFA comme étant le dernier instrument de domination coloniale de l'Afrique par la France. C'est pourquoi, ils militent pour l'abandon de cette monnaie créée en 1945.

Pour beaucoup d'économistes africains, le CFA est un instrument de "répression monétaire de l'Afrique". La preuve? Les Français sont représentés et disposent d'un droit de veto dans le conseil d'administration des deux banques centrales, la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), l'Institut d'émission commun aux huit (8) Etats membres de l'Union Monétaire Ouest Africaine et la Banque des Etats de l'Afrique Centrale (BEAC).

Selon ces économistes, le franc CFA ne devrait plus exister depuis la disparition du franc français et l'entrée en vigueur de l'euro en 2000.

Pire, Kako Nubukpo, économiste et ancien ministre de la prospective et de l'évaluation des politiques publiques du Togo trouve choquant que ces billets continuent d'être fabriqués à Clermont-Ferrand en France. Il est aussi directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l'Organisation Internationale de la francophonie (OIF) à Paris:

"Nos banques centrales ont obtenus leur indépendance vis-à-vis de nos Etats. Mais paradoxalement, elles sont inféodés à un ministère d'un pays étranger, donc le ministère français des Finances, via le compte d'opération qui garanti la parité entre le CFA et l'Euro. C'est un élément quand même curieux."

Quelles conséquences après le CFA ?

Pour éviter que la rupture avec le FCFA ne crée des perturbations, l'économiste camerounais Martin Belinga Eboutou, suggère le respect de certaines étapes:

"Je dirais que la première étape transitoire, c'est la relocalisation des devises que les africains gèrent directement. Que par la suite, ils maintiennent le mécanisme de solidarité, c'est-à-dire qu'on ait un pool de devises commun pour pouvoir faire face etc... Et que dans une deuxième étape, on pense à une refonte totale de nos politiques monétaires, budgétaires et structurelles qui sont compatibles avec nos besoins de longs termes. Donc, il faut trouver une nouvelle intelligence économique qui nous permette de diversifier nos économies, d'avoir plus de valeur ajoutée dans des secteurs qui ne sont pas pétroliers."

La zone franc a été créée en 1945 par le général de Gaulle. A l'origine, elle réunissait les colonies françaises. C'est pourquoi, le franc CFA signifiait à l'époque le franc des colonies françaises d'Afrique, avant d'être rebaptisé le franc de la communauté française d'Afrique.

Aujourd'hui la zone franc compte 15 pays, huit de l'UEMOA, l'Union économique et monétaire ouest-africaine, composé du Bénin, le Burkina, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Et six de la CEMAC, la communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale à savoir le Cameroun, la RCA, le Congo, le Gabon, la Guinée Équatoriale et le Tchad.

Afrique de l'Ouest

19 ans après, l'espoir renaît quant à l'affaire Norbert Zongo

Cela fait dix-neuf ans que le journaliste burkinabè Norbert Zongo, directeur de L'Indépendant, a… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.