28 Août 2017

Egypte: Tumulte autour des coupures d'Internet

Les gouvernements prétextent de la violence, des tricheries et de la haine

Jeunes internautes dans un cybercafé au Caire en Égypte, où Khaled Said, un blogueur de 28 ans, a été arrêté et battu à mort par la police en 2010. Par la suite, 400 000 personnes ont rejoint sur Facebook la campagne « Nous sommes tous Khaled Said », qui est considérée comme l'un des catalyseurs des manifestations égyptiennes de 2011. Photo : Panos/Alfredo Caliz

Nina Forgwe, habitante de Bamenda dans le nord-ouest du Cameroun, a manqué en mars la date limite de soumission des candidatures au doctorat. Elle fait partie, à cet égard, des nombreuses victimes de coupure d'Internet dans sa ville et dans d'autres régions anglophones du pays.

Le gouvernement camerounais a suspendu le service après l'entrée en grève d'enseignants, d'avocats et d'étudiants anglophones au motif de partis pris historiques favorables aux francophones. La suspension a débuté en janvier de cette année et a pris fin en mars. Près de cent jours : la plus longue coupure d'Internet par un gouvernement africain.

Cette interruption a eu un grave impact, a rappelé Mme Forgwe, une activiste.

« Tous les services personnels nécessitant Internet ont été mis en attente. Nombre de cyberentreprises ont cessé de fonctionner, en particulier les start-ups technologiques. Nous militons beaucoup sur des portails en ligne », a-t-elle indiqué à Afrique Renouveau.

Access Now, une organisation internationale de défense des droits de l'homme basée à New York, a estimé le coût financier de la coupure à 5 millions de dollars en recettes fiscales, bénéfices des entreprises liées à Internet, frais généraux de fonctionnement, frais de transaction bancaire et services de transfert d'argent, entre autres.

Selon le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary, la coupure a été déclenchée par la propagation de fausses informations sur les médias sociaux susceptibles d'inciter à la haine et la violence dans les régions en crise. La « Silicon Mountain » du Cameroun, un groupement de start-ups technologiques florissant dans la région, s'en est particulièrement ressentie. Privés d'Internet, les entrepreneurs de la Silicon Mountain ont été contraints de se rendre dans d'autres régions du Cameroun pour se connecter. Ces longs trajets ont puisé dans leur temps de travail.

« Des fonds se perdent. Certains d'entre nous ne peuvent pas interagir avec leurs clients étrangers en raison de la suspension des services Internet. C'est perturbant pour tout le monde », a expliqué Churchill Mambe. M. Mambe est le propriétaire de Njorku, une entreprise d'insertion et de services hôteliers récemment classée par le magazine Forbes parmi les 20 premières start-ups africaines.

Julie Owono, avocate et directrice générale d'Internet sans frontières, une organisation basée à Paris qui défend les droits d'Internet, a déclaré à Afrique Renouveau qu'entre janvier et juin 2017, neuf pays ont subi des blocages d'Internet, dont trois en Afrique : le Cameroun, l'Égypte et l'Éthiopie.

Quelques mois après les perturbations de service au Cameroun, une coupure générale a été imposée en Éthiopie en raison de préoccupations quant à une possible tricherie aux examens. Le porte-parole du gouvernement éthiopien Mohammed Seid a expliqué que : « La coupure vise à prévenir une répétition des fuites de sujets qui ont eu lieu l'année dernière. »

Depuis mai dernier, le gouvernement égyptien a bloqué 62 sites, notamment celui de la télévision Al Jazeera basée au Qatar et l'important site d'information indépendant Mada Masr, les accusant d'inciter au terrorisme et de diffuser de fausses nouvelles. Ces organisations ont depuis réfuté ces allégations.

Selon la Collaboration sur la politique internationale des TIC en Afrique orientale et australe (CIPESA), un centre ougandais d'analyse et de recherche en technologie de l'information, la coupure d'Internet devient un outil privilégié de contrôle social et de censure pour certains gouvernements africains.

Les blocages complets d'Internet se démarquent fortement du filtrage de textos ou du blocage de sites qui étaient jusqu'ici plus courants. Les fournisseurs d'accès à Internet utilisent le filtrage principalement pour isoler les spams ou autres messages indésirables, mais ils peuvent également s'en servir pour éliminer des textes dans lesquels figurent des termes tels que démocratie, droits de l'homme ou grève de la faim.

Onze des 56 coupures d'Internet enregistrées dans le monde en 2016 ont eu lieu en Afrique, selon Deji Olukotun, haut responsable de la représentation mondiale d'Access Now. Il s'agit d'une augmentation de 50% par rapport à 2015.

Les coupures ont eu lieu à quatre reprises en Éthiopie, à deux reprises en Gambie et en Ouganda et une fois au Tchad, en République démocratique du Congo (RDC), au Gabon, au Mali, en Zambie et au Zimbabwe.

Les promoteurs d'un Internet ouvert affirment que ces coupures soulignent la mesure dans laquelle les attaques et les abus, notamment la prolifération de lois de régulation de l'Internet, la surveillance et l'interception de communications s'aggravent sur le continent alors même que progresse la diffusion sur Internet.

Les États soutiennent que les coupures sont nécessaires pour réprimer les manifestations publiques, la violence et la désinformation alimentées par les médias sociaux ou les applications de messagerie mobile, citant le rôle d'Internet dans le Printemps arabe il y a cinq ans, lorsque les protestations ont renversé le régime en Égypte et en Tunisie.

M. Olukotun réplique que les gouvernements craignent que des groupes locaux utilisent Internet pour diffuser des informations, s'organiser et défendre leurs droits, ajoutant que ces utilisations menacent davantage l'ordre établi que la tricherie aux examens, la progression des cyberfraudes, de la pédopornographie, de la propagande haineuse ou du terrorisme.

La hausse des coupures d'Internet survient alors qu'un nombre croissant d'Africains communiquent par Internet, fait observer Mme Owono. « Les gouvernements habitués aux sociétés fermées où l'information est centralisée voient la connectivité comme une menace plutôt qu'une opportunité », ajoute-t-elle.

La Brookings Institution, un groupe de réflexion basé à Washington, a analysé combien une coupure d'Internet coûte à l'économie. Les sept pays africains ayant subi une coupure d'Internet en 2016 ont perdu environ 320 millions de dollars de recettes.

Il y a aussi la question des droits numériques. En juillet 2016, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté une résolution condamnant les pays qui empêchent ou entravent l'accès à Internet et à son contenu, et a appelé à la protection de la liberté d'expression. Les gouvernements se servent de la menace à la sécurité nationale comme excuse pour justifier la coupure d'Internet, affirme Mme Owono. Mais jusqu'ici, aucun gouvernement n'a permis à une autorité judiciaire de déterminer si la sécurité nationale avait effectivement été menacée, dit-elle. Au contraire, les coupures ont eu lieu pendant des périodes de tension politique, ce qui ajoute du poids aux arguments selon lesquels l'objectif est de faire taire la dissidence.

Arsene Tungali, militant congolais et fondateur de Rudi International, une société de formation en sécurité et en défense des droits numériques, a déclaré qu'au cours des sept dernières années, le gouvernement de la RDC a orchestré une interruption des communications en ligne à plusieurs reprises. En 2015 et 2016, le gouvernement congolais a bloqué l'accès aux textos et à l'Internet après que des manifestations ont éclaté en réaction à la prolongation du mandat du Président Joseph Kabila.

Une coupure similaire s'est produite en République du Congo lorsque le Président Denis Sassou Nguesso se préparait à prolonger ses 32 ans à la tête du pays.

Le nombre croissant de coupures a mobilisé des groupes de défense de l'accès à Internet et des campagnes mondiales à cet égard, notamment la campagne #KeepitOn lors du RightsCon Silicon Valley 2016, un sommet annuel mondial sur les droits de l'homme et l'Internet organisé à San Francisco en Californie.

#KeepItOn, un groupe de travail de RightsCon comprenant 199 organisations, collabore avec les gouvernements, les entreprises de télécommunications, les sociétés Internet et la société civile pour lutter contre les coupures. La campagne #BringBackOurInternet a largement contribué à accentuer la pression qui a forcé le gouvernement camerounais à rétablir l'Internet. Bien que la campagne porte principalement sur la mise en évidence des coûts économiques des coupures, Natasha Musonza, fondatrice de la Digital Society of Zimbabwe, observe que l'argument économique ne saurait à lui seul dissuader les gouvernements de bloquer Internet.

« Nous devons souligner d'autres effets pratiques, tels que l'impact humain. Nous ferions mieux de suggérer des solutions alternatives utiles aux problèmes de tricherie aux examens ou de maintien de l'ordre en cas de manifestations publiques », a-t-elle suggéré.

L'African Network Information Centre (AFRINIC), qui assigne et gère les adresses IP en Afrique, a proposé de désactiver pendant 12 mois les plateformes en ligne des gouvernements fautifs pour sanctionner les coupures d'Internet. Cependant, la proposition a été rejetée par les membres de l'AFRINIC au cinquième Sommet africain de l'Internet, tenu à Nairobi en juin dernier. Les membres ont indiqué que la proposition serait difficile à mettre en œuvre et pourrait irriter les gouvernements ou même aggraver la situation.

Pour contourner les blocages de l'Internet, de nombreuses organisations de défense des droits civiques et des droits numériques ont aujourd'hui accru leurs connaissances en matière de sécurité numérique, en particulier sur le chiffrement, la réduction des risques de surveillance et les outils de sécurité en ligne. De plus, de nombreux cyberconsommateurs au Cameroun, en RDC, en Ouganda et au Zimbabwe pensent que l'utilisation de réseaux privés virtuels, qui permettent d'éviter les blocages, a augmenté.

Egypte

Une communauté de destin et d'intérêts

Avec l'arrivée au pouvoir au Caire d'Abdel Fattah al-Sisi il y a 3 ans, l'Egypte peut enfin penser au futur et… Plus »

Copyright © 2017 Africa Renewal. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.