4 Septembre 2017

Tunisie: L'affluence des acheteurs continue

Pour mieux sonder la rue, il n'y a pas mieux que la grande friperie située à la cité Ibn Khaldoun, une des friperies les plus réputées du Grand-Tunis. C'est la destination des accros de la mode mais aussi de plusieurs familles qui ont du mal à joindre les deux bouts. Des étals recouverts de pergolas couvrent une très grande superficie avec un type d'articles bien précis pour chacun. Il y a ceux qui sont dédiés pour les vêtements des enfants et d'autres qui exposent les jeans.

De temps en temps, un vendeur annonce en criant le prix des articles. Comme un prédateur, dès qu'il voit de potentiels acheteurs, il commence à s'égosiller. Des jeunes filles, telles des abeilles tournent autour de ces étals. Pour elles, la fripe est, de loin, leur source d'approvisionnement. «Le même article se vend dans les boutiques à des prix faramineux. De surcroît, les articles à la mode ne sont pas soldés. D'ailleurs, je ne comprends point d'où proviennent ces vêtements exposés durant les périodes de soldes. Ils sont très moches», avoue une jeune étudiante, d'une façon sarcastique, tout en poursuivant son tri. «C'est la rentrée scolaire. Je dois me procurer en vêtements. Mais, avec les frais d'inscription, le coût du loyer et du transport, je n'y arrive plus. La fripe est mon sauveur. Mais il ne faut pas en parler, devant les vendeurs, ils augmenteront les prix», rétorque sa copine qui, elle aussi, n'a cessé de fouiller continuellement dans les vêtements étalés.

Tout est normalisé

Dans cette friperie, il y a une devise. Dix à quinze dinars pour les articles féminins de mode, sept dinars pour les chemises hommes, trois dinars pour les vêtements de bébé. Un tarif de cinq dinars pour les articles moins neufs ou qui portent de petits défauts. La clientèle est vraiment variée. A vrai dire, la majorité des acheteurs sont des jeunes filles. Des mères avec leurs enfants fouillent minutieusement les étalages pour en tirer les meilleurs habits.

Des hommes assez âgés sont perplexes et ne se décident pas. Lors de l'achat d'un seul article, il n'est pas question qu'on vous accorde une remise. Toutefois, dans le cas contraire, des négociations interminables pourront avoir lieu. Au mieux, une déduction de deux ou trois dinars a lieu, lors de l'achat de trois articles et plus. Face à des mères incisives, les vendeurs jettent l'éponge. «Croyez-nous, on n'est pas en train d'empocher de l'argent à la pelle. Nos prix de vente ne sont pas aussi rentables. Mais on est conscient de la pauvreté et de la dégringolade du pouvoir d'achat des Tunisiens. Les gens ne sont pas riches. Tout le monde est nécessiteux», dévoile l'un des vendeurs. C'est révélateur. Pour eux, tout est étudié. La fixation des prix n'est pas arbitraire. Ils réussissent quand même à promouvoir leurs marchandises.

Tunisie

L'attaquant égyptien Maraï qualifie l'Etoile du Sahel

L'Etoile du Sahel a rejoint dimanche soir les trois autres demi-finalistes de la Ligue des champions Total en… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.