30 Août 2017

Madagascar: Économie bleue, industrialisation et vision minière - Les piliers d'une croissance forte et inclusive à Madagascar

communiqué de presse

Addis Abeba, Éthiopie — L'économie bleue et l'industrialisation sont des vecteurs potentiels d'une croissance durable et inclusive à Madagascar, alors que le pays connaît depuis 2015 une accélération de son rythme de croissance, passant de 3,1 % en 2015 à 4,3 % en 2017.

Cette nouvelle dynamique doit permettre de relever les défis auxquels est confrontée Madagascar en termes de préservation des ressources naturelles et de lutte contre la pauvreté qui touche encore 71,5 % de la population.

Le Ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, M. Zalahafy Yingh Vah, a réaffirmé l'importance de ces secteurs clés à l'occasion d'un atelier de travail organisé conjointement par la Commission Économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) et le gouvernement malgache. L'objectif de l'atelier qui s'est tenu du 29 au 31 août 2017 à Antananarivo était triple : présenter le profil pays de Madagascar réalisé par la CEA, amorcer le processus d'élaboration d'un cadre national stratégique sur l'économie bleue et lancer une vision minière nationale.

Madagascar bénéficie d'un potentiel immense en termes de capital naturel : les bénéfices tirés des ressources naturelles représentent 12,8 % du PIB malgache en 2015 (contre 1,7 % pour le reste du monde). Le secteur minier a connu au cours de la dernière décennie une croissance exceptionnelle, atteignant 3,5 % du PIB en 2016 contre moins de 0,5 % en 2007. Les produits miniers (nickel et chrome particulièrement) représentent désormais plus d'un tiers des exportations. A ce titre, Madagascar souhaite s'engager dans la mise en place d'une vision africaine minière nationale, en partenariat avec le Centre Africain de Développement Minier, dans le but d'accroître la part du secteur minier dans l'économie, et ainsi profiter au mieux de ses retombées.

L'économie bleue repose essentiellement sur l'optimisation de plusieurs secteurs porteurs tels le secteur minier, les infrastructures portuaires, le transport maritime, les pêches, le tourisme, les énergies renouvelables à travers une coordination intersectorielle renforcée et une gestion durable des ressources impliquées. Pour Madagascar, l'économie bleue, qui est un des piliers de l'intégration régionale au sein de la Commission de l'Océan Indien, détient un très fort potentiel pour une croissance socio-économique soutenue à moyen et long terme.

Le profil pays montre que Madagascar est engagée dans une dynamique de croissance plus forte et plus inclusive, au travers du Plan National de Développement (2015-2019). La reprise économique reste toutefois fragile, en raison des risques environnementaux, de la persistance de la pauvreté, et des faiblesses structurelles de l'économie. Les zones franches industrielles pourraient jouer un rôle plus important dans la croissance, en renforçant leur intégration à l'économie malgache. Ces messages clés ont été diffusés lors du lancement du profil pays qui a été suivi par la présentation de la nouvelle loi de politique industrielle du gouvernement malgache.

SOURCE Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique

Madagascar

Mahajanga - Des braconniers découpent dix tortues

Pillées dans les eaux côtières, des tortues géantes pesant des centaines de kilos ont… Plus »

Copyright © 2017 PR Newswire. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.