5 Septembre 2017

Sénégal: Vers de nouvelles orientations pour une gestion rationnelle des produits chimiques

Dakar — La Commission nationale de gestion des produits chimiques (CNGPC) s'attelle à progresser davantage sur les priorités et à formuler de nouvelles orientations pour une gestion rationnelle des produits chimiques, a indiqué mardi la secrétaire générale du ministère de l'l'Environnement et du Développement durable,Ramatoulaye Dieng Ndiaye.

La mise en place de cette commission, a-t-elle souligné, "permet d'arriver nécessairement à une gestion rationnelle de ces substances nuisibles, impactant sur la vie et la santé des populations et des ressources naturelles".

Elle présidait, mardi, à Dakar, une session extraordinaire de la CNGPC, en prélude de la première Conférence des parties relative à la Convention de Minamata sur le mercure, prévue du 22 au 28 septembre à Genève, en Suisse.

Selon elle, c'est en ce sens qu'il faut comprendre tout l'espoir que l'Etat du Sénégal fonde sur cette commission pour une bonne prise en charge de sa politique nationale et internationale de gestion rationnelle des produits chimiques.

Cette commission, créée depuis 2002, sert de cadre de concertation, de proposition et d'application d'une stratégie de gestion rationnelle des produits chimiques.

"Elle accompagne l'Etat dans la mise en œuvre des conventions internationales et la mise aux normes des entreprises de fabrication et d'utilisation de produits chimiques, et les communautés", a indiqué Ramatoulaye Dieng Ndiaye.

Toutefois, a t- elle relevé, "le niveau d'industrialisation des pays développés comme ceux sous développés, est à l'origine de la production et de l'utilisation massive de produits chimiques dans le monde".

Elle estime que "cette situation préoccupe davantage les pays en développement où le dilemme de développement domine sur la gestion rigoureuse des impacts environnementaux et sanitaires".

Elle a rappelé que le Sénégal a signé et ratifié toutes les conventions internationales sur les produits chimiques. "Cela traduit, une volonté politique manifeste de se conformer aux normes internationales en vigueur", a-t-elle souligné.

A cet effet, cette session extraordinaire donne l'opportunité aux experts de discuter des questions de l'heure, liées à la gestion des produits chimiques et de partager les résultats des travaux de la 8ème Conférence des parties à la Convention de Rotterdam.

Elle sera aussi l'occasion d'examiner l'état d'avancement du processus de révision de l'arrêté n° 852 du 2 févier 2002 portant création, organisation et fonctionnement de la CNGPC.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.