6 Septembre 2017

Ouganda: Museveni en campagne pour la révision constitutionnelle

Photo: PPU
Le Président Yoweri Museveni .

En Ouganda, la tentative d'amendement de la Constitution concernant le foncier est au cœur des préoccupations. Le gouvernement ougandais tente de modifier la Constitution afin d'accélérer les procédures d'achats de terres nécessaires pour sa politique de grands travaux.

Mais des violences dans certaines régions ont déjà éclaté car des procédures d'expulsion ont déjà eu lieu. L'amendement est pour l'instant bloqué par les députés.

Pour tenter de convaincre le pays du bienfait de cette mesure, cette semaine le président Museveni a prévu un tour des radios locales débuté lundi 4 septembre dans l'ouest de l'Ouganda.

A son habitude, le président plaisante et fait de longs détours pour en venir au but. La modification de la Constitution est nécessaire, affirme-t-il.

Il en explique certains aspects : « Il y a un comité qui se réunira et qui décidera si la personne a été escroquée ou non lors de l'achat de ses terres. Ce n'est pas dans la loi actuellement. Donc ces personnes qui disent que la Constitution ne doit pas être changée ont tort. »

Le projet d'amendement prévoit surtout que les discussions sur le prix de vente se fassent après la prise de possession des terres par l'Etat.

Des conflits ont déjà éclaté, notamment dans la région d'Hoima, là où doit être construite une partie des futures installations pétrolières. Museveni fait porter la responsabilité de ces violences sur les médias.

« Les présentateurs radios font peur aux gens en disant que l'Ouganda va tomber dans le chaos, affirme-t-il. Ils sont contre ceux qui souhaitent acquérir des terres. Ce qui engendre des conflits fonciers. Je demande aux membres du NRM de se réveiller et de refuser ce genre de choses. »

Autre cible du président, les élus de son parti le NRM. Certains députés sont réfractaires au projet d'amendement de la Constitution, défendant sur le terrain le droit de propriété de leurs électeurs.

Une campagne contre cet amendement a été lancée sur Twitter avec le hashtag #MylandMylife. Beaucoup craignent que dans cette modification de la Constitution soit aussi incluse la suppression de la limite d'âge du président qui permettrait à Museveni de se représenter aux élections de 2021.

Ouganda

Museveni et Magufuli derrière Nkurunziza

Les présidents tanzanien et ougandais critiquent la décision des juges de la CPI, autorisant l'ouverture… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.