5 Septembre 2017

Afrique de l'Ouest: Défi sécuritaire au Sahel - Le CESDS envisage des stratégies adéquates

Le Centre d'Etudes stratégiques de Défense et de Sécurité (CESDS) organise, du 5 au 7 septembre 2017 à Ouagadougou, un colloque international sur le thème : « Perspectives sécuritaires dans la bande sahélo-saharienne : quelles stratégies efficientes et transformationnelles ». La rencontre est coparrainée par les anciens présidents du Ghana, John Jerry Rawlings et d'Afrique du Sud, Thabo M'beki.

La lutte contre l"insécurité dans la bande sahélo-saharienne nécessite des réflexions pluridimensionnelles pour formuler des stratégies innovantes.

Fort de ce constat, le Centre d'Etudes stratégiques de Défense et de Sécurité (CESDS) a convié des participants issus de divers domaines de compétences de plusieurs pays d'Afrique et d'Europe à un colloque international, du 5 au 7 septembre 2017, à Ouagadougou.

La rencontre, coparrainée par les anciens présidents du Ghana, John Jerry Rawlings et de l'Afrique du Sud, Thabo M'beki, se tient autour du thème : « Perspectives sécuritaires dans la bande sahélo-saharienne: quelles stratégies efficientes et transformationnelles ».

A l'entame des travaux, le président du comité d'organisation du colloque, Roger Ouédraogo, a déclaré que la rencontre offre un cadre de réflexion prospective sur l'une des préoccupations majeures du moment, à savoir l'insécurité qui sévit dans la bande sahélo-saharienne.

Remerciant l'ancien président du Ghana, John Jerry Rawlings, il a indiqué que sa présence est le signe de son engagement à soutenir toutes les initiatives novatrices qui participent de la « vision d'une Afrique qui bouge, solidaire et en marche pour son développement».

« Ce colloque se veut un cadre de rencontre pour des universitaires, des chercheurs, des représentants de la société civile, du monde rural, des leaders d'opinions, des chefs coutumiers, des religieux ainsi que des experts en défense et sécurité qui conjuguent leurs efforts dans une réflexion collective sur les enjeux de la sécurité dans cette partie de l'Afrique. », a soutenu M. Ouédraogo.

Pour lui, la bande sahélo-saharienne est en proie, depuis des années, à de multiples fléaux allant des trafics de tout genre au terrorisme dont elle constitue l'épicentre dans la région.

Fédérer les énergies

C'est pourquoi ce rendez-vous, a précisé le président du comité d'organisation, se propose de réunir toutes les compétences pour porter un regard pluridisciplinaire sur le phénomène de l'insécurité dans la bande sahélo-saharienne à travers plusieurs thématiques.

Pour l'expert du G5 Sahel, Pr Amadou Fall, la prévention des menaces est au cœur des préoccupations de toute institution nationale, régionale et internationale qui œuvre à préserver un environnement de paix, de sécurité et de développement durable. Malheureusement, a-t-il dit, l'on assiste à l'éclatement de conflits armés qui viennent contrarier ces défis.

De ce fait, estime-t-il, il faut fédérer les énergies pour trouver des pistes qui garantissent un avenir aux générations futures. C'est dans ce sens que l'initiative du CESDS trouve pleinement son sens, selon le Pr Fall. «J'invite les participants à enrichir les échanges à travers leurs contributions. Ce qui tue l'Afrique, c'est la négligence, c'est l'indifférence, c'est l'ignorance.

La gouvernance est un espace compétitif et chaque fois que les gouvernants reculent, c'est un espace qui est libéré et occupé par des acteurs non-étatiques. Le futur se construit au présent et nous devons approfondir les réflexions pour un espace assaini et sécurisé », a estimé le Pr Amadou Fall.

Au nom des parrains, l'ancien président du Ghana, John Jerry Rawlings, a indiqué que le terrorisme détruit le vivre-ensemble et entrave les perspectives de développement.

« C'est pourquoi la réflexion doit être renforcée pour envisager des solutions idoines à ce fléau. Je souhaite que cette rencontre puisse être l'occasion pour tous les participants de faire des propositions pertinentes qui participent à envisager des pistes de lutte contre l'insécurité », a-t-il indiqué.

Le terrorisme enregistre de nouveaux paradigmes

Le directeur exécutif du CESDS, Auguste Denise Barry, dans son discours d'ouverture des travaux du colloque, a déclaré que la menace du terrorisme enregistre de nouveaux paradigmes qui rendent complexe la lutte.

« A l'asymétrie, l'hybridation, l'ubiquité de la menace, concepts bien connus jusque-là, sont venus s'ajouter des paradigmes nouveaux, comme la déterritorialisation, la territorialisation de la menace, donnant ainsi une dimension théorique nouvelle et partant, un autre visage au terrorisme mondial », a-t-il souligné.

Pour lui, la menace peut être jugulée « à la condition d'une réelle prise de conscience des enjeux, débarrassée de calculs ». «Mieux, l'efficacité de la lutte contre le terrorisme impose qu'une situation soit trouvée au préalable à la lutte contre le grand banditisme », a suggéré le directeur exécutif du CESDS.

A l'entendre, la réflexion stratégique inhérente à la défense et à la sécurité n'est plus l'apanage exclusif de l'Etat. «Considérer la sécurité et la défense comme domaines réservés de l'Etat n'est plus pertinent.

Cela est vrai dans les pays développés et cela l'est ou devrait l'être davantage dans nos Etats en situation de quasi-fragilité ou de défaillance », a-t-il argué. Du fait de la quasi-inexistence de la réflexion prospective en matière de sécurité et de défense, a relevé Auguste Denise Barry, le CESDS ambitionne de contribuer à donner une réponse à des enjeux et défis majeurs du développement du Burkina Faso et du continent tout entier. « Nos Etats ont besoin d'outils d'analyse stratégique, d'anticipation et de prévention des menaces.

Le temps de l'improvisation est révolu et nous entrons dans une nouvelles dynamique qui ne laissera pas d'état de grâce à qui que ce soit », a-t-il laissé entendre.

Le colloque, a ajouté M. Barry, a pour, entre autres, l'objectif d'évaluer l'efficacité des approches préventives et coercitives de la lutte contre le terrorisme, l'efficacité des stratégies des acteurs étatiques, des partenaires stratégiques et des autres acteurs.

Durant les trois jours de travaux, plusieurs communications seront présentées par des universitaires, des chercheurs et des experts en stratégies de défense et de sécurité.

Afrique de l'Ouest

Aly Ngouille Ndiaye réaffirme les engagements de l'Etat pour un bon magal

Le ministre de l'Intérieur Aly Ngouille Ndiaye a réaffirmé, lundi, les engagements de l'Etat,… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.