6 Septembre 2017

Afrique Centrale: Le Forum économique pour le Tchad inclusif?

Photo: Abdou Diop/Facebook
Les Présidents Idriss Deby (Tchad), Abdelaziz (Mauritanie), et le Premier Ministre Edouard Philippe (France) au Forum de Paris sur le Plan National de Développement du Tchad.

L'objectif de cette rencontre est de lever plus de 7 milliards de dollars pour le financement du "Plan national de développement" du pays. Mais peu de représentants de la société civile ont fait le déplacement.

Ce rendez-vous, les autorités tchadiennes l'ont voulu inclusif. Mais à Paris aujourd'hui, seuls quelques représentants de la société civile ont répondu présents.

La Table ronde de Paris est censée mobiliser des partenaires du Tchad autour de plus de 300 projets regroupés en quatre axes: le renforcement de l'unité nationale, le développement de l'économie, ou encore l'amélioration de la qualité de vie des populations.

Pour Ngueto Yambaye, le ministre tchadien de l'Economie et du Développement, "c'est la première fois dans l'histoire du Tchad où, pour une table ronde, tous les acteurs ont élaboré des projets pour faire financer." Selon lui, "la table ronde, c'est une plateforme de business. Nous ne sommes pas venus ici demander des dons. On n'est pas venu mendier. Chaque projet pour être financé doit être crédible et rentable."

Mais ce que le ministre n'a pas dit, c'est que la crédibilité et la rentabilité des projets ne suffisent pas pour attirer les investisseurs. C'est ce que note aussi le syndicaliste tchadien Younous Mahadjir qui souligne qu'"en tant que société civile, nous connaissons ce qui se fait au Tchad: la mauvaise gouvernance est réelle. Ils ferment les yeux sur le détournement, sur la corruption."

Le ministre tchadien de l'Economie et du Développement, Ngueto Yambaye, réfute ces accusations. Il souligne que "le gouvernement a décidé d'inverser la tendance pour faire porter la gestion économique nationale d'abord par le secteur privé. Aujourd'hui nous avons engagé un processus de réformes institutionnelles et structurelles en collaboration avec tous les acteurs de manière inclusive."

Le Tchad ne veut pas qu'on touche à son Plan national de développement, le PND. La raison est toute simple, il représente une bouffée d'oxygène pour le pays.

Un pays touché par une crise économique imputée notamment à la baisse des cours du pétrole. Les recettes ont baissé de 45% l'année dernière, tandis que le déficit budgétaire affiche plus de 410 millions de dollars, selon les estimations officielles.

En savoir plus

L'habitat social tchadien en discussion à Paris

La question du logement, qui fait partie des investissements prioritaires, sera abordée à partir de… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.