6 Septembre 2017

Afrique: L'Algérie à terre !

La chute libre des Fennecs se poursuit. Battus avec l'art et la manière il y a trois jours à Lusaka par une séduisante équipe zambienne (3-1), les Algériens ont récidivé en s'inclinant encore une fois face aux Chipolopolos. Une élimination incompréhensible d'une équipe qui avait longtemps dominé la scène africaine avant de rétrograder depuis quelques mois. Pas à ce point, pensait-on, un point en quatre matches, un nul et trois défaites.

C'est dans un stade Hamlaoui de Constantine plein à craquer avec des souvenirs de la première qualification des Fennecs pour la Coupe du monde 1982 que les Algériens se sont inclinés sur le score d'un but à zéro.

Durant une première période assez terne, les Algériens ont pourtant monopolisé le ballon et souvent joué devant les buts zambiens sans parvenir à se montrer réellement dangereux. Les Chipolopolos, rigoureux en défense, résistaient aux assauts et lançaient quelques contre-attaques également stériles.

A la 16e minute, les Algériens gâchaient leur seule véritable occasion d'ouvrir le score : un pénalty accordé à Youssef Atal, qui débordait sur la gauche et tombait dans la surface après un contact avec Fackson Kapumbu. Mais le tir de Riyad Mahrez, en deux temps, sur la gauche du but, était repoussé par le gardien zambien Kennedy Mweene, parti du bon côté.

Dès l'entame de la seconde période, après un corner mal dégagé par la défense des Fennecs, Augustine Mulenga se retrouvait seul devant les buts d'Abdelkader Salhi, qui avait remplacé le capitaine Raïs Mbohli sorti sur blessure à la 21e minute, mais sa frappe à bout portant passait au-dessus.

Les Algériens se faisaient alors plus tranchants et multipliaient les occasions. En six minutes, Mweene sauvait trois fois son équipe.

D'abord, en sortant juste devant les pieds de Faouzi Ghoulam seul dans la surface après une passe en profondeur de Yacine Brahimi, puis en bloquant un tir croisé de Brahimi servi par Ghoulam et en détournant une frappe de loin d'Adam Ounas. Deux minutes plus tard, le défenseur zambien Simon Silmwimba sauvait sur sa ligne un ballon détourné après un corner algérien.

Ce sont pourtant les Zambiens qui allaient faire la décision dans la foulée. Sur une relance en profondeur, Mulenga effaçait plusieurs Algériens, transmettait la balle à Patson Daka qui, seul devant le gardien des Fennecs, la poussait au fond des filets.

Trois minutes plus tard, Salhi empêchait par deux fois la Zambie de faire le break. Les Algériens tentaient de revenir et s'offraient plusieurs occasions.

A la 73e, sur un coup franc tiré par Goulam, une tête d'Islam Slimani, tout juste entré à la place de Brahimi frôlait le poteau zambien (73'). Au cours des six minutes de temps additionnel, les Algériens continueront de pousser. Un coup franc rasant était à nouveau dévié par Mwenee, blessé depuis 10 mn et boîtant, mais pas sorti.

Cette défaite, à domicile, est la première de l'équipe d'Algérie en dix ans. La dernière remontait au 16 Juin 2007, face à la Guinée (0-2) au stade du 5 Juillet d'Alger pour le compte des éliminatoires de la CAN 2008.

Les Algériens out, les Zambiens joueront leur va-tout début octobre au Nigeria qui les devance de trois points. Les Chipolopolos sont-ils capables d'un nouveau coup d'éclat ? Dans un groupe B avec trois anciens mondialistes, la Zambie faisait un peu figure de parent pauvre. Les Super Eagles devront se méfier. Mais ils sont prévenus.

Réactions

Wedson Nyirenda (sélectionneur de la Zambie)

« Il est clair que le succès de ce soir nous permet de nous rapprocher davantage du Nigeria qui est le leader du groupe. Grâce à la détermination des joueurs et la bonne prestation de notre gardien, nous avons réussi à gagner ce match. Nous avons fait un grand match sur le plan tactique.

Nous avons pris le dessus sur l'Algérie tactiquement que ce soit à Lusaka ou bien ici à Constantine. Nous avons laissé les Algériens jouer comme ils le souhaitaient dans leurs zones, mais nous n'avons pas éprouvé la moindre difficulté à leur chiper le ballon une fois dans notre moitié de terrain.

Nous voulions battre l'Algérie en aller - retour et c'est ce que nous avons réalisé. Désormais, nous allons nous donner à fond et penser à notre prochain match face au Nigeria pour nous rapprocher de notre objectif. ».

Lucas Alcaraz (sélectionneur de l'Algérie)

« A mon arrivée à la tête de la barre technique de l'équipe d'Algérie, mon objectif était de nous qualifier pour la prochaine CAN. Maintenant, nous allons essayer de régénérer l'équipe et de réapprendre à gagner après les deux victoires réalisées au mois de juin.

Je n'ai jamais dit que je ne suis pas responsable de l'élimination de l'Algérie du Mondial. J'ai seulement dit qu'avant le match de la Zambie, le Nigéria avait neuf points tandis que nous n'avions qu'un seul petit point. Je suis convaincu qu'on va améliorer la situation. Et pour améliorer la situation, il faut travailler ».

Raïs Mbolhi (capitaine de l'Algérie)

« On n'a pas été à la hauteur. On peut trouver toutes les explications possibles, mais la réalité est là. L'entraîneur n'est pas responsable. Il ne joue pas. C'est nous, qui sommes sur le terrain et nous n'avons pas fait le travail.

Le coach nous a donné ses consignes, sa façon de faire, mais nous n'avons pas assuré sur le terrain. Je vois que beaucoup parlent du coach, mais je le redis, le problème, ce n'est pas lui.

Nous devons assumer nos responsabilités. A l'avenir, celui qui ne se donnera pas à 100%, n'a qu'à rester chez lui. En sélection, il faut tout donner pour atteindre les résultats escomptés. On n'a pas le droit de décevoir autant notre public ».

Afrique

Appel mondial pour appliquer une tolérance zéro face aux pertes et au gaspillage alimentaires

M. José Graziano da Silva, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour… Plus »

Copyright © 2017 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.