6 Septembre 2017

Afrique: Confusion totale en Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire a fait un faux pas face au Gabon (1-2) lors de la 4e journée des éliminatoires du Mondial 2018. Certains supporters demeuraient sans voix. D'autres lançaient des quolibets. Les plus en colère, eux, jetaient des projectiles sur la pelouse. La fin du match entre la Côte d'Ivoire et le Gabon sera celle d'une triste histoire au Stade de la paix de Bouaké.

Face à de dynamiques Panthères, des Eléphants ballottés dans tous les sens par Meye Ndong Axel (auteur du premier but gabonais) et surtout le meneur de jeu, Mario Lemina, deuxième buteur. "C'est un scénario qu'on n'avait pas forcément imaginé. Mais, nous avons su entrer dans le jeu. Ensuite, pousser les Ivoiriens à sortir. Les appels de balle de Mario et Bouanga ont été salvateurs pour tout le groupe", analysait Daniel Cousin, ancien international gabonais devenu aujourd'hui, manager général de la sélection du Gabon.

Après l'écrasante victoire (3-0) des Eléphants au match aller, les Panthères prenaient ainsi leur revanche. Une équipe vaillante mise en place par l'entraîneur espagnol Jose Antonio Camacho avec les titularisations de Nzame Stevy Guevane, Meye Me Ndong Axel et Assoumou Akue Junior Ederic. Des changements notables qui ont été bénéfiques au capitaine Bruno Ecuele-Manga, et ses partenaires dans la manche retour de la double confrontation.

Très à son aise dans la construction et l'orientation du jeu, Mario Lemina terminait la partie en bourreau des Eléphants. D'abord sur une frappe déviée du milieu de Stoke City, Meye Me Ndong Axel profitait de la couverture d'Eric Bailly pour ajuster le portier ivoirien, Gbohouo Sylvain (24e). Le public du stade de Bouaké médusé continuait cependant d'y croire. Mais face à la passivité de l'équipe adverse, le Gabon ne crachait pas sur la soupe.

Et c'est le nouveau joueur de Southampton (Angleterre) qui s'illustrait. D'une frappe enroulée, Lemina nettoyait la lucarne opposée de la cage de Gbohouo pour le 2-0 (29'). Un silence de cimetière régnait dans le stade. Débout dans sa zone, le sélectionneur ivoirien perdait le Nord. Sans solution face à la déroute de son équipe, c'est avec beaucoup d'impatience qu'il accueillait la fin des trois minutes du temps additionel de la première période de jeu. "Il nous fallait réagir avant la mi-temps. Mais, nous avons accusé le coup", se contentait de dire Marc Wilmots.

Du retour des vestiaires, alors que le défenseur Palun Iloyd était exclu après un cumul de cartons jaunes (45'), la Côte d'Ivoire peinait à trouver ses marques. Marc Wilmots tentait un coup de poker. Salomon Kalou qui célébrait ainsi sa 100e sélection était sacrifié. L'attaquant du Hertha Berlin cédait sa place à Maxwell Cornet (53'). L'attaquant lyonnais, après cinq minutes de présence sur le terrain, embrasait à nouveau le stade de la Paix.

Jusque-là endormi, le public commençait à redonner de la voix. Mieux, les 23000 spectateurs se mettaient à espérer une égalisation à défaut d'une victoire après la réduction du score par Cornet. En pleine surface de réparation, il fusille l'international portier du Mounana CF de Libreville (1-2, 57e). A deux buts à un, tout restait encore possible.

Des tribunes, on pouvait entendre des voix de soutien. Des grelots et tam-tams des différents comités de supporters s'entrechoquaient pour pousser les Eléphants au succès. C'était sans compter avec la détermination des Panthères décidées à laver l'affront de Libreville. Et même quand Camacho sortit Lemina, la Côte d'Ivoire ne parviendra pas à en profiter.

A défaut de construire un jeu susceptible de donner de la joie et du bonheur au nombreux public, le technicien belge envisageait son salut dans le nombre d'attaquants. Malheureusement, l'espoir attendu ne viendra pas. La Côte d'Ivoire pliait l'échine mais conservait toujours la première place du groupe C, après le nul (0-0) du Maroc au Mali.

Réactions

Serge Aurier (défenseur des Eléphants)

Nous n'avons pas pu réagir. C'est une défaite qu'il ne fallait pas subir. En deux journées, on réalise une victoire chez l'adversaire, puis une défaite à domicile. C'est cher payé pour nous. On a une équipe qui recherche toujours son équilibre de jeu. C'est un travail qui nous prendra sans doute du temps. Mais, il faut vite revenir. Et bien jouer les deux derniers matchs

Mario Lemina (milieu de terrain des Panthères)

Nous savions que c'était un match piège pour les Ivoiriens. On a merveilleusement bien joué sur l'état d'esprit de ce match. En plus, il nous fallait une bonne réaction d'orgueil. Après notre défaite à Libreville, nous avons su nous ressaisir. On a été costaud. C'est le scénario parfait pour nous.

Afrique

La Cnuced pointe le manque d'accès à l'énergie dans les pays les plus pauvres

La Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) a publié ce jeudi 23… Plus »

Copyright © 2017 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.