7 Septembre 2017

Afrique de l'Ouest: 6 000 personnes déplacées soutenues dans la région du Sahel

 A la suite des violences qui ont affecté la province du Soum ces derniers mois, près de 6 000 personnes ont dû quitter leur domicile. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge Burkinabé (CRBF) viennent de leur apporter de l'assistance.

Les violences depuis le début de l'année dans le Soum ont engendré des problèmes humanitaires importants, tels que des besoins en articles essentiels pour les personnes déplacées et en soins de santé. «Si la situation est inquiétante à Djibo, on craint qu'elle ne soit encore pire en zone rurale, où l'insécurité rend plus difficile l'accès aux centres de santé. Ce qui a incité du personnel médical à partir», explique Christian Munezero, Chef de mission du CICR au Burkina Faso.

Pour soutenir plus de 700 familles qui ont fui les violences, le CICR et la CRBF ont distribué hier à Djibo et dans des localités avoisinantes des coupons permettant d'obtenir auprès des commerçants une ration alimentaire pour un mois, ainsi que des kits de biens essentiels pour le ménage comprenant moustiquaires, bâches, nattes, kits de cuisine etc. «Nous sommes conscients qu'il y a davantage de personnes affectées par les violences qui sont restées dans leurs villages. Il ne s'agit que d'un premier pas pour répondre aux besoins les plus urgents», précise Christian Munezero.

En amont de cette distribution, la Croix-Rouge a rencontré au mois d'août les communautés pour comprendre leurs besoins et identifier les personnes affectées. L'un des constats particulièrement préoccupant est la dégradation de l'accès aux soins de santé dans la zone».

«Dans le district de Djibo, 450'000 habitants, il n'y a que deux structures médicales pour les soins primaires - le Centre médical urbain (CMU) et le Centre de santé de la Croix-Rouge - et un hôpital de référence, le Centre médical à antenne chirurgicale (CMA). Or, face à l'afflux de patients, notamment lié aux mouvements de population vers cette ville en provenance des zones rurales, les centres pour les soins primaires sont débordés.

Entre 2016 et 2017, le nombre de consultations mensuelles au CMU qui fait office de dispensaire et de maternité, ont augmenté de 60% en moyenne. «Avec l'appui du CICR, nous espérons pouvoir renforcer rapidement les capacités du Centre de Santé de la Croix-Rouge de Djibo pour qu'il puisse offrir également dans les prochains mois le minimum de soins exigé par la politique nationale de santé, tel qu'un service de vaccination et de maternité», explique Lazare Zoungrana, Secrétaire général de la CRBF.

Pour éviter que la situation s'aggrave, il est essentiel que le personnel médical soit respecté par tous, et que toute personne qui a besoin de soins de santé puisse y accéder en toute sécurité.

Afrique de l'Ouest

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.