7 Septembre 2017

Burundi: La modernisation des entreprises, une menace pour nos emplois ?

Il y a à peine trois semaines, Ecobank Burundi a annoncé la suppression de 70 postes. Parmi les raisons avancées, la digitalisation. À notre contributeur Pierre Claver Banyankiye de se demander si la machine serait en train de remplacer l'homme, condamnant ce dernier à un chômage inattendu.

Le raz-de-marée digital a donné naissance à un nouveau genre de licenciements qu'on pourrait appeler le chômage « technologique », terme inhabituel au Burundi. Chez nous, les banquiers sont réputés avoir un emploi stable. Ces employés jadis intouchables sont pourtant maintenant dans la rue. « La digitalisation » les a pris au dépourvu. Incompréhension totale face à cette rupture soudaine et inattendue du travail.

Et voici une crainte que je partage avec quelques personnes: la machine serait-elle en train de remplacer petit à petit l'homme, en le laissant croupir dans la misère ?

Auparavant, je voyais l'ordinateur comme une machine inoffensive voire un allié. Aujourd'hui, je le considère comme mon pire ennemi rôdant et caché depuis longtemps, attendant son heure.

Selon les optimistes, la digitalisation commence par détruire des emplois puis contribue à en créer plus qu'elle n'en supprime. Je reste dubitatif. Je suis convaincu que cette technologie qui crée de nouveaux métiers liés à la révolution digitale ne concerne qu'une infime portion de la population, de techniciens rodés à ces nouveaux outils.

Et ce n'est que le début

J'ai peur que ce phénomène se généralise à toutes les banques. Ecobank serait le premier à réduire autant la voilure dans son réseau, mais je redoute que d'autres banques en profitent, elles aussi, pour annoncer des fermetures d'agences de façon massive. Par exemple, depuis 2012, la Bancobu a procédé à la digitalisation de ses activités bancaires.

La digitalisation est une innovation actuellement incontournable du secteur bancaire. Ce n'est pas la forge qui va disparaître, mais le forgeron. Ce ne sont pas les métiers qui s'évanouissent, mais bien leurs exécutants. Je m'attends d'ici peu de jours à un autre vague de licenciements. Malheureusement, je ne pense pas que notre société soit prête à une telle révolution. L'outil informatique reste le grand inconnu pour la majeure partie des prestataires.

Trop peu de gens sont conscients de l'ampleur de la tempête. Ces licenciements vont soulever des défis importants. Des emplois et des revenus vont s'envoler. Des familles seront en danger. Mais, comment s'en sortir ? Mieux vaut commencer à y réfléchir très tôt.

Burundi

Divisions sur la libération d'auteurs présumés du putsch

Au Burkina Faso, alors que la procédure sur l'enquête du coup d'Etat manqué de septembre 2015 suit… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.