7 Septembre 2017

Afrique Centrale: Le Forum pour le Tchad s'est ouvert à Paris avec les investisseurs privés

L'objectif de cette rencontre est de soutenir l'économie mal en point du Tchad. Les investisseurs privés ont ouvert la voie mais l'opposition dénonce le soutien international apporté au régime du président Idriss Déby.

La première table ronde a été consacrée au secteur privé. L'objectif de cette rencontre est de lever plus de 7 milliards de dollars pour le financement du "Plan national de développement" du Tchad, le PND.

Mais cette initiative est diversement appréciée. La preuve, une contre-conférence a été organisée en marge de cette table ronde dénommée : «Investir au Tchad»

Près de 400 partenaires ont répondu à l'appel du gouvernement tchadien à l'ouverture de la table ronde hier à Paris. Un nombre légèrement supérieur à ce qui avait été prévu. Ce qui aux yeux des autorités tchadiennes traduit l'importance que portent les bailleurs de fonds au plan national de développement, le PND.

Mais ce n'est pas le point de vue d'une partie de la société civile tchadienne qui a organisé dans un hôtel parisien, dans la soirée, une contre-manifestation.

Abdelkerim Koundougoumi l'un des organisateurs de cette conférence explique : « Ce n'est pas la première fois que ce gouvernement appelle à l'aide, c'est la troisième fois. Qu'est ce qu'ils ont fait de l'aide qu'ils ont reçus la dernière fois. L'Etat doit plus de onze milliards aux investisseurs tchadiens. Si ils n'arrivent pas à rassurer les investisseurs tchadiens comment voulez-vous que les investisseurs étrangers viennent chez nous pour investir ? »

Cette crainte est aussi partagée par certains membres de l'opposition à l'instar de Zang-Nezoune Mahamat, le représentant de l'UNDR en Europe. Son parti récemment attiré l'attention des partenaires quant à la gestion des fonds qui seront mobilisés.

« Pourquoi venir faire la manche au niveau des bailleurs de fond ? Pourtant on a l'argent au Tchad, c'est la mal gouvernance qui nous gangrène. C'est la raison pour laquelle nous nous opposons. A partir du moment où il y aura un gouvernement sérieux, les bailleurs de fonds seront les bienvenus au Tchad.

Ces prises de position sont dénoncées par le gouvernement tchadien qui demande à ses opposants de faires preuve de patriotisme. Nguéto Tiraïna Yambaye est le ministre de l'économie.

Il explique : « Nous devons prendre nos responsabilités et aujourd'hui, si l'union sacrée ne se fait pas autour de cette table ronde, sur quoi est ce que les Tchadiens vont-ils s'entendre ? Si nous ne nous entendons pas sur ca, c'est le plus petit commun multiple pour ceux qui aiment l'arithmétique, nous devons nous attendre sur un minimum »

Une partie du projet est consacrée à l'amélioration de la bonne gouvernance et de l'État de droit rassurent les autorités tchadiennes. Des autorités qui disent ne plus répéter les erreurs du passé.

Afrique Centrale

Libre circulation des biens et des personnes au sein de la Cemac

Après le Tchad et la Centrafrique, le Gabon vient à son tour de décider la libre circulation des… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.