6 Septembre 2017

Afrique du Sud: TerraPay obtient l'approbation réglementaire de la Banque centrale sud-africaine pour lancer des transferts d'argent transfrontaliers en Afrique du Sud

communiqué de presse

Londres — TerraPay, le premier système d'échanges de paiement au monde, a annoncé aujourd'hui qu'il a obtenu avec succès l'approbation réglementaire de la Banque centrale sud-africaine pour lancer des services de transferts d'argent transfrontaliers en Afrique du Sud. Cela fait de TerraPay la 5e entreprise à obtenir une licence en tant de négociant autorisé de catégorie trois de devises étrangères avec une autorité limitée, communément appelé « ADLA 3 », pour effectuer des transferts d'argent internationaux de petites sommes dans le pays.

TerraPay développe une infrastructure de paiements internationale destinée aux transactions transfrontalières de petites sommes. Le service fait les liens entre les fournisseurs de services de portefeuilles mobiles, les institutions financières et les opérateurs de transfert d'argent sur les principaux marchés d'envoi et de réception. La licence permet à l'entreprise d'effectuer des paiements transfrontaliers de petites sommes, de particulier à particulier, en Afrique du Sud.

Le marché de l'Afrique du Sud est très complémentaire du réseau international de transfert d'argent de TerraPay en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient. Dans la phase initiale de lancement, TerraPay devrait permettre des transferts transfrontaliers d'argent depuis l'Afrique du Sud vers des portefeuilles mobiles au Zimbabwe, au Nigeria, au Mozambique et en Ouganda.

Selon la Banque mondiale, le coût moyen mondial de l'envoi de paiements représentait 7,43 % du montant envoyé par les clients effectuant les versements. Pour les virements de fonds envoyés depuis l'Afrique du Sud, le coût moyen était de 16,71 %, soit plus du double de la moyenne mondiale.

M. Ambar Sur, fondateur et PDG de TerraPay a déclaré : Selon un rapport de FinMark Trust, l'essentiel des flux des paiements provenant d'Afrique du Sud est destiné au Zimbabwe, au Mozambique et au Lesotho, 85 % de tous les migrants étant originaires de ces pays. En outre, plus de 70 % des transferts vers ces pays sont effectués de manière non-officielle, car le coût élevé des transferts officiels est une plus grande barrière pour accéder aux canaux officiels de versements. TerraPay vise à résoudre ce problème rencontré par les migrants en facilitant des virements instantanés de petites sommes, efficaces et à peu de frais, vers des portefeuilles mobiles. Nous sommes désormais ouverts aux entreprises en Afrique du Sud et nous cherchons activement à bâtir des partenariats stratégiques pour étendre davantage notre présence en Afrique australe.

L'Afrique du Sud est un grand marché pour les envois d'argent, mais aussi pour la réception. Non seulement le pays envoie des virements à tous les pays voisins d'Afrique australe, mais il reçoit également des virements provenant du Royaume-Uni, d'Australie et des États-Unis. Le réseau mondial de TerraPay devrait prendre en charge la demande croissante en termes de virements instantanés dans la région.

Contact avec les relations publiques

Sundeep Mehta

Directeur international des relations publiques

Courriel : contactus@terrapay.com

Afrique du Sud

L'ANC sous haute tension pour la succession de Zuma

C'est probablement l'élection à tête de l'ANC (African National Congress) la plus importante de son… Plus »

Copyright © 2017 PR Newswire. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.