8 Septembre 2017

Sénégal: Expulsion de Kémi Séba - Vers une «caravane de l'Afrique» contre le franc CFA

Stellis Gilles Robert Capo Chichi alias Kémi Séba expulsé du Sénégal avant-hier, mercredi 06 septembre, les activistes ruminent toujours leur colère. Face à la presse hier, le mouvement Y en a marre et sa bande menacent de continuer la lutte jusqu'au bout.

Ils comptent déverser leur mécontentement dans les rues de Dakar à travers une grande marche prévu le 16 septembre prochain. Aussi vont-ils lancer une pétition lors de cette manifestation.

Suite à l'expulsion de l'activiste franco-béninois Kémi Séba, de son vrai nom Stellis Gilles Robert Capo Chichi, du territoire sénégalais la veille mercredi, le mouvement Y en a marre, les jeunes panafricanistes et autres activistes ont réagi hier, jeudi 7 septembre. Lors d'une conférence de presse, ils ont tenu à rassurer les africains que la lutte continue contre la «monnaie coloniale» qu'est le franc Cfa. Selon Guy Marius Sagna, le combat ne s'arrêtera pas tant que les dirigeants africains ne seront pas conscients du mal économique qu'endure la génération africaine.

A l'en croire, avec les tortures qui lui ont été infligées à l'aéroport Léopold Sédar Senghor, lors de son arrestation le jour de l'expulsion de leur camarade Kémi Séba. Il s'agit de coups de fesses, de coups sur ses mâchoires, des tortures physiques et psychologiques qu'il a subit. «Quant ils m'ont pris à 4, l'agent Bampoki de la brigade de l'aéroport m'a assommé un violent coup au niveau des mâchoires. Depuis hier, je souffre de ce coup qui m'a été administré et je n'arrive pas à manger correctement». Il renchérit : «nous n'allons pas rester les bras croisés pour cette affaire, surtout avec la torture de ses hommes de tenues. Nous allons mettre nos avocats au courant de tout ce qui s'est passé. Nous allons faire face à ces Forces de l'ordre.» Déclare Guy Marius Sagna.

Quant à Itouma Séba, l'épouse de Kémi Séba, triste, avec le visage crispé, elle relève que son mari défend seulement les intérêts des africains, pour le développement et l'Independence du continent. «Il n'a rien fait, il a juste voulu conscientiser les africains qui sont en France et en Afrique du danger que nous vivons tous les jours. Et, c'est cela le délit de mon époux. Que dire aux enfants ? Que faire ? Car ils ont enlevé le membre le plus important de la famille. Et, maintenant que faire ?», s'est interrogé Itouma Séba.

Une pétition pour faire revenir Kémi Séba au Sénégal

Selon Thiat de Y en a marre, Kémi Séba peut compter sur le soutien des leaders de son mouvement et des jeunes panafricains pour son retour dans la capital sénégalaise. Pour cela, Y en a marre compte maintenir la manifestation du 16 septembre prochain contre le franc CFA.

Guy Marius Sagna, Thiat, Dj Awadi et leurs camarades comptent dérouler un plan d'action pour faire revenir Kémi Séba au Sénégal. Pour arriver à cette fin, ils veulent faire signer aux milliers de participants à la manifestation une pétition qui sera déposée à l'ambassade de France au Sénégal. «Cette manifestation sera la caravane de l'Afrique. De Niamey, en passant par Ndjamena, Dakar, Ouagadougou, et autres pays africains, nous comptons mobiliser tous les Africains pour faire revenir un Africain au pays», a dit Thiat du mouvement Y en a marre avec enthousiasme et conviction.

Sénégal

Classement FIFA - Les Lions s'emparent de la première place africaine

L'équipe du Sénégal, qui a bouclé les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 par… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.