9 Septembre 2017

Afrique du Nord: Migrants - L'ONG Sea Eye reprend ses opérations de secours au large de la Libye

L'ONG allemande Sea Eye a annoncé ce samedi 9 septembre qu'elle reprenait ses opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée, un mois après les avoir suspendues en raison de l'interdiction faite par la Libye aux ONG de patrouiller au large de ses côtes.

L'ONG Sea Eye explique avoir décidé de reprendre ses activités de sauvetage en Méditerranée après une opération menée le 2 septembre au large des côtes libyennes où 16 personnes ont été secourues. Les survivants avaient raconté être partis de Libye en même temps que deux autres bateaux pneumatiques qui ont depuis disparu.

« Ces deux évènements, le sauvetage et la disparition des deux autres bateaux contredisent les affirmations de l'agence européenne de surveillance des frontières Frontex, selon lesquelles il n'y a plus de mouvement migratoire ni de morts au large des côtes libyennes. Ce qui veut dire que notre aide est toujours nécessaire », affirme Hans-Peter Buschheuer, porte-parole et co-fondateur de Sea Eye.

Comme MSF, Save the Children et d'autres organisations, Sea Eye avait annoncé à la mi-août la suspension de ses opérations de sauvetage, invoquant des problèmes de sécurité. Affirmant que les bateaux des ONG facilitaient l'immigration illégale, les autorités libyennes avaient en effet interdit aux bâtiments étrangers de naviguer dans une zone de recherche et de sauvetage au large de sa côte.

Depuis, la situation n'a pas évolué, déplore Sea Eye. Elle poursuivra donc ses opérations à une distance de « 70 à 90 miles nautiques » au large des côtes libyennes, dans des eaux que les garde-côtes libyens n'ont pas revendiquées comme faisant partie de leur zone d'intervention. « Mais ces eaux se situent très loin de la côte, et il sera difficile d'y trouver encore des bateaux de migrants », regrette Hans-Peter Buschheuer.

Le porte-parole et cofondateur de l'ONG dit que des discussions ont été menées ces dernières semaines avec les autorités allemandes afin d'obtenir la protection nécessaire pour continuer à naviguer dans des eaux faisant partie des eaux internationales sans être mis en danger. En vain. « C'est une catastrophe ! Les actions des Libyens sont clairement contraires au droit international et les Européens payent les Libyens pour qu'ils nous débarrassent des Africains. A nos yeux il s'agit là d'un déshonneur et d'une très grande honte pour l'Europe », dénonce Hans-Peter Buschheuer.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations, plus de 100 000 personnes ont déjà pris la mer depuis la Libye vers l'Europe cette année. Plus de 2 300 sont mortes en tentant la traversée.

Libye

Le chef de l'ONU se dit horrifié par des images vidéo montrant des migrants africains vendus comme esclaves

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'est déclaré lundi… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.