7 Septembre 2017

Sénégal: La mort à l'ère du web 2.0

analyse

Quand nous venons au monde, l'heure et le lieu de notre mort sont déjà programmés. Le Seigneur, dans Son infinie miséricorde, décide quand et comment doit prendre fin notre passage sur Terre. Nous ne l'occultons certes pas, mais nous nous comportons parfois comme si notre vie n'allait jamais connaître un épilogue et que l'au - delà n'était « que » pour les autres ...

Que nenni ! Le moment où nous serons enfouis sept pieds sous terre varie d'un individu à un autre, mais il arrivera ... INELUCTABLEMENT !

Vous devez vous demander ce qui se passe dans ma tête pour que je commence ce post par des notes aussi macabres ... Je vous comprends, car parler de la mort n'a rien de joyeux, mais nous y passerons tous ! Je ne suis pas en train de vous faire mes adieux - enfin je l'espère -, mais vous avez compris que cet article a pour sujet la grande faucheuse, cette traîtresse !

Avant de continuer et d'expliquer le pourquoi du comment de cet article, j'aimerai faire une petite précision. Nous avons tous des façons différentes d'exprimer notre deuil et in extenso, de nous comporter face à la mort. Les lignes qui vont suivre expriment mon ressenti face à un phénomène qui me préoccupe grandement. Loin de moi l'idée de faire la leçon à qui que ce soit, car n'étant pas parfaite, j'apprends au jour le jour dans cette grande école qu'est l'univers ...

En observant les réactions de mon entourage par rapport à la mort, j'ai eu envie d'écrire là - dessus. Et l'aspect qui m'a le plus dérangée, c'est l'incursion de la mort dans les réseaux sociaux. Vous savez, ces sites de micro - blogging tels que Tumblr, Facebook ou Twitter et de partages de photos comme Instagram.

Tous les jours ou presque, je vois passer l'annonce du décès de quelqu'un avec la mention RIP.

Et ce qui me fait tiquer le plus, c'est non seulement le long texte d'hommage (s) surplombé d'une photo du défunt, mais aussi les tags. Les habitués des réseaux sociaux savent ce qu'est un tag. Mais si vous n'en êtes pas un, sachez qu'un tag est un mot - clé permettant de nous retrouver sur une publication ou une photo. Quand on publie sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, on peut tagger nos amis en incorporant leur nom sur nos différentes publications, de sorte que celles - ci apparaîtront sur leur (s) profil (s). Il n'est pas rare de voir RIP Mr X ou Mlle Y, comme si la personne décédée avait la faculté de faire un aller - retour de l'au - delà pour venir répondre aux si gentils messages et retourner dans sa tombe ...

Soyons sérieux un instant !

Et ce qui m'agace le plus, c'est l'abréviation RIP. Que signifie RIP ? Si on peut écrire RIP, on peut bien tout écrire, à savoir REST IN PEACE, non ? Une personne a poussé le vice jusqu'à décrire tout ce qu'elle faisait avec son ami décédé, le tout dans un montage photo où elle s'est prise en photo en train de verser de chaudes larmes. Ambiance ...

Nous passons une grande partie de notre temps sur les réseaux sociaux, quantité d'informations importantes concernant nos activités y figurent. L'internet est devenu un mal nécessaire. On y blogge, on y lit nos mails, on en écrit, on y développe une activité professionnelle ... Mais si je puis donner un humble avis, la MORT n'a rien à y faire !

Le deuil est si intime et la douleur que l'on ressent si intense que je ne comprendrais jamais le fait d'étaler l'annonce d'une mort sur Facebook ou Twitter. Et les « likes », parlons - en des « likes » ! A quelle fin « like » - t - on la photo d'une personne décédée ? Pour « aimer » le fait qu'elle ne soit plus de ce monde ? Si vous avez des pistes de réflexion, merci de les partager avec moi, car j'ai beaucoup de mal à comprendre !

Me voici à la fin de ce post pas des plus joyeux, je vous l'accorde ... Le principe même du blogging est le partage, alors merci encore fois d'avoir pris le temps de lire ce post, ma petite bulle et moi - même vous en remercions !

PS : si jamais je ne suis plus de ce monde, merci de fermer mes comptes Facebook, Twitter et Instagram, de façon à ce qu'aucune photo de moi n'y figure et que le fil d'actualité de mes « amis » ne soit saturé d'hommages tous plus appuyés les uns que les autres ! Mais laissez au moins ce blog ouvert, de façon à ce que je continue de vous hanter avec mes écrivouillages.

Bonne Lecture

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.