9 Septembre 2017

Sénégal: De la séduction ...

Petites précisions : ce post n'a pas pour prétention d'être un cours sur la séduction ... Il n'a pas aussi pour ambition d'être un manuel à l'intention de la femme sénégalaise mariée (ou pas) qui cherche des conseils pour faire grimper son homme aux rideaux ... Vous vous demandez sans doute le pourquoi de toutes ces précisions. Mais c'est juste que quand j'écris sur un sujet concernant le genre (masculin/féminin), je prends quelques pincettes, car je nous/vous connais.

J'avais déjà écrit sur le goût démesuré des femmes sénégalaises pour les choses afférant à la sexualité et tout ce qui s'y rapporte (https://cequejaidanslatete.wordpress.com/2016/01/13/en-est-on-vraiment-reduites-a-cela/), à laquelle elles consacrent beaucoup d'énergie en rivalisant d'ingéniosité. Chaque séjour au Sénégal, ce magnifique qui m'a vue naître et grandir, me donne l'occasion d'observer à la loupe cette société si particulière que je connais pourtant assez bien, mais quelques subtilités m'échappaient, je m'en rends compte.

En discutant avec un ami (ah les hommes, quel excellent baromètre !), il a pris le temps de me conter par le menu ses péripéties amoureuses, mais surtout la liste de ses conquêtes qui va en s'allongeant ; car les filles ne le lâchent pas d'une semelle. Alors que je refusais de le croire, il joignit le geste à la parole et me montra la kyrielle de messages et d'appels qu'il reçoit quotidiennement. Sa mère lui met la pression pour qu'il se marie, car elle souhaite jouir de tous les privilèges dus à son statut de belle - mère (encore une autre incongruité sénégalaise, sur laquelle je reviendrai), il n'arrive pas à se décider, car me dit - il d'un air las, « les filles ne se laissent plus séduire. »

Nous continuâmes une bonne partie de l'après - midi à débattre de cet état de fait, et plus nous avancions dans la causerie, plus ses arguments s'étayaient ... Et bien plus tard, alors que je repensais à tout ce qu'il m'avait dit, je dus admettre (à contrecœur cependant) qu'il n'avait pas totalement tort.

Une rétrospective faite, je me rendis compte qu'en plus de cette discussion, les signes étaient là, sous mes yeux d'astigmate. La population féminine sénégalaise est de loin supérieure à celle des hommes (49,9% d'hommes contre 50,1% de femmes - recensement de 2013) et beaucoup forcent le trait en disant que c'est l'une des raisons pour lesquelles les femmes effectuent cette chasse effrénée à l'homme.

Une incursion dans le Dakar by Night (eh oui, ça m'arrive !) permet de constater le phénomène. Un groupe d'hommes qui fait son entrée suscite aussitôt l'intérêt. Quant aux intéressés, ils se comportent en terrain conquis, certains de profiter de toutes les attentions ...

En sus des groupes Facebook qui font l'apologie du « jongué » (l'art de la séduction, typiquement sénégalaise), l'espace spatio - temporel sénégalaise accorde la part belle à la séduction, mais du côté de la femme. Celle - ci doit tout faire pour satisfaire son homme, qui, lui, a la part belle.

Je peux être anticonformiste et en phase avec mon époque autant que faire se peut, mais il y a des choses qui ne passent absolument pas. Mais c'est mon avis, donc plein de ma subjectivité propre. Pourquoi ne pas laisser le soin à l'homme de nous séduire, de prendre le temps de nous connaître, nous apprécier, et ainsi nous faire leurs. Je ne dis pas par là que la femme doit être attentiste et tout laisser faire, mais quand même à quoi nous mènera cette impatience et cette volonté de tout faire pour attirer un homme dans ses filets ? A une inversion des rôles et à une infidélité chronique, car les hommes se réfugieront derrière l'argument du « les filles s'offrent à nous, pourquoi refuser ? »

Bonne Lecture

Sénégal

Classement FIFA - Les Lions s'emparent de la première place africaine

L'équipe du Sénégal, qui a bouclé les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 par… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.