10 Septembre 2017

Libye: Sommet de Brazzaville - Abdelmounem Boussafita contre l'expulsion de l'ex éminence grise de Mouammar Khadafi , Béchir SALAH de la salle des négociations

La présence au sommet sur le conflit libyen samedi 9 septembre à Brazzaville sous l'égide du Chef de l'état congolais, de l'homme le plus puissant, craint et adulé sous le régime de Mouammar Khadafi, Bachir SALAH a été celle de trop. Ce dernier reclus discrètement depuis l'effondrement du régime Khafafi en Afrique du Sud, qui avait pris place dans l'antre du complexe aménagé pour les besoins de ce raout des pourparlers inter-libyens a été rudement congédié de la salle.

Selon des sources crédibles parvenues à Confidentiel Afrique, Bachir Salah a été chassé manu militari par les représentants des délégations libyennes au tour de la table des négociations. ils n'ont pas cautionné la participation de Bachir Dalah, ex homme de main du Guide libyen, Mouammar Khadafi, tué en 2011 par des groupes issus de l'insurrection populaire. Sous les yeux impuissants du Chef de l'état Denis Sassou N'Guesso, du Président nigérien, Issoufou Mahamadou, du Président Jacob Zuma, du Vice Président du Soudan et des autorités et factions militaires libyennes.

Des voix se sont élevées contre cette expulsion dont celle de Abdelmounem Y. Boussafita Président du Centre Stratégique pour les Affaires Africaines. Dans un communiqué en possession de Confidentiel Afrique, le Président Abdelmounem Y. Boussafita du Centre Stratégique pour les Affaires Africaines se dit contre la décision qui a été prise à l'encontre de Bechir Salah concernant son expulsion du sommet sur la crise en Libye organisé à Brazzaville le 9 Septembre 2017 sous l'égide de Son Excellence le Président de la République du Congo et Président du comité de Haut niveau de l'Union Africaine de (UA) Monsieur Denis Sassou Nguesso, sachant que l'objectif de cette conférence est le dialogue libyen pour la réconciliation et la paix.

Nous publions le dit communiqué ci-dessous:

Je tiens à remercier Son Excellence le Président de la république du Congo Monsieur Denis Sassou Nguesso qui pour la première fois depuis six ans à pris l'initiative d'organiser ce sommet sur la crise Libyenne dans une capitale africaine en regroupant toutes les différentes parties pour permettre le dialogue, ce que personne n'a fait jusqu'à présent.

Je tiens aussi à remercier son Excellence et la présidence de la république d'avoir pris en charge pour ce sommet toutes les personnes qui ont intervenu (les libyens et tous les représentants des pays amis et frères) qui sont plus de 700 personnes et d'avoir mis a leurs dispositions de tout le nécessaire lors de ce séjour.

Je dois notifier que les frères libyens ont obligés les autorités à l'expulsion de Bechir Salah lors de ce sommet et que la responsabilité n'incombe pas aux autorités congolaises et ni à la commission sachant encore une fois que l'objectif de ce sommet est le dialogue.

Je tiens à dire que je suis catégoriquement contre cette décision et que nous sommes tous des frères libyens. Je demande à Dieu qu'il ramène la paix dans mon pays et à mes compatriotes libyens.

Libye

« La stabilité de la Libye, condition sine qua non de la stabilité de la Tunisie »

Tout en rappelant les fondements et les objectifs de l'initiative tunisienne en faveur du règlement de la crise… Plus »

Copyright © 2017 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.