11 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Rentrée scolaire 2017-2018 - Le SYECO suspend sa grève

Photo: Radio Okapi/Ph. John Bompengo
La rentrée scolaire n’est pas effective dans certaines écoles de Kinshasa

A l'issue de leur assemblée générale tenue le samedi 09 septembre 2017, les enseignants affiliés au Syndicat des Enseignants du Congo (SYECO) ont décidé de suspendre leur mouvement de grève et d'accepter de reprendre le travail aujourd'hui lundi, 11 septembre 2017.

Cette assemblée générale, présidée par Cécile Tshiyombo, secrétaire du Syeco, et tenue au siège de cette organisation, avait pour objectif initial d'évaluer le Protocole d'accord signé le 02 septembre dernier entre le Gouvernement et le Banc syndical de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP).

Ce Protocole d'accord visait à contrer le mot de grève lancé par plusieurs syndicats de l'EPSP protester contre le non-respect, par le gouvernement, de certaines de ses obligations vis-à-vis des enseignants du secteur public de l'EPSP.

En effet, dans une précédente assemblée générale, tenue le 11 août 2017, ce syndicat avait demandé à tous ses affiliés des provinces et de Kinshasa de ne pas reprendre le travail à la rentrée scolaire de septembre 2017.

Il avait conditionné toute reprise des cours à la majoration, atermoiements, des salaires des enseignants en fonction du coût de la vie dès la paie du mois d'août 2017.

Le Syeco avait expliqué exigence de majoration salariale par la dépréciation de la nationale et la perte du pouvoir d'achat des enseignants, fonctionnaires de l'éducation et de tous les agents des publics dont le salaire de base de 92.000 Fc (qui équivalait l'époque à 100$), ne vaut plus que 61$ à ce jour où 1$ vaut 1.550 Fc.

En outre, ce syndicat avait expliqué que ses affiliés sont aujourd'hui au coût moyen du loyer qui se chiffre à 100$ le mois et d'autres dépenses courantes incompressibles (nourriture, électricités,

eau, transport, etc.). Cela, sans oublier, selon le SYECO, persistance de plus de 100.000 enseignants non payés et de unités non prises en charge à travers le pays.

Réhabilitation du Secrétaire général du SYECO et listings de la complémentaire

La description de ce tableau sombre pour l'enseignant congolais conduit le SYECO, lors de l'assemblée du 11 août, à dénoncer le respect par le gouvernement de sa promesse de payer les salaires taux de 1.452 Fc pour un dollar américain dès le mois de juillet 2017.

A l'issue de l'assemblée générale du samedi 09 septembre 2017, enseignants ont noté une évolution sur plus d'un point de revendications du 11 août 2017. Ils ont constaté l'impression et transmission des listings de la paie complémentaire du mois d' 2017 à la Direction de la paie du ministère du budget ; de même transfert à ce ministère du montant de 200 millions de Fc en de la Mutuelle de santé des enseignants (MESP).

Ils ont condamné suspension du Secrétaire générale du Syeco, Cécile Tshiyombo, de poste de Directeur de l'Ecole Kengo, à cause de cette grève. leurs recommandations finales, les enseignants ont accepté seulement de reprendre les cours ce lundi 11 septembre, mais aussi l'effectivité de la paie complémentaire du mois d'août accompagnée du versement de 200 millions alloués à la MESP endéans heures, la réhabilitation sans condition de leur Secrétaire Cécile Tshiyombo et la concrétisation de la paie de 5.000 non-payés jusqu'ici.

En savoir plus

Les enseignants du Sud-Kivu suspendent leur grève

La synergie de tous les syndicats des enseignants du Sud-Kivu a décidé de suspendre la mesure de… Plus »

Copyright © 2017 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.