11 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Une crise sanitaire

Photo: Laurence Hoenig/MSF
Vaccination orale contre le Choléra

La fin de règne du régime de Kinshasa s'accompagne avec tous les malheurs, au grand dam de la population. C'est à croire que la République démocratique du Congo est devenue un foyer à crises, sur tous les plans. C'est la preuve que la Majorité au pouvoir n'a plus le cœur à l'ouvrage.

En tout cas, pas pour les intérêts supérieurs de la nation congolaise. Seul le « pouvoir pour le pouvoir » intéresse à l'heure actuelle le régime de Kinshasa, reléguant à l'arrière plan tous les désidérata du souverain primaire.

Cette obsession à conserver le pouvoir, même par des moyens illégaux et anticonstitutionnels, plonge l'État dans une déliquescence totale. Au point que le Congo-Kinshasa connait à l'heure actuelle une instabilité aussi bien sur le plan sécuritaire, économique, social que politique. Toutes les institutions à mandat électif sont devenues illégitimes. Pire, les élections programmées cette année sont dans l'incertitude. Ce qui accentue davantage la crise politique, prohibant même toutes les perspectives du pays.

Dans une situation de crise généralisée, l'économie de la RDC est condamnée d'avance, plongeant en même temps le social des Congolais. Cela se vérifie par des grèves interminables observées depuis le début de l'année. Le coût de la vie pousse la grogne dans la quasi-totalité d'institutions publiques, condamnant le pays à tourner au ralenti.

C'est dans ce contexte qu'une crise sanitaire est en train de se propager sur presque l'ensemble de provinces de la RDC. L'alerte vient, non pas du gouvernement, mais plutôt de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette agence du système des Nations unies révèle que 20 des 26 provinces de la RDC sont déjà touchées par le choléra, maladie des mains sales. La comptabilité macabre fait état, au 2 septembre 2017, de 528 personnes décédées du cholera et un total cumulé de 24 217 cas suspectés. L'OMS note que la situation de l'épidémie est préoccupante. L'incidence de la propagation est de 1 500 cas suspects chaque semaine depuis fin juillet 2017.

La santé des Congolais n'a pas de prix. Le gouvernement doit mobiliser tous les moyens nécessaires pour éradiquer cette épidémie de cholera.

En savoir plus

L'épidémie de choléra classée en priorité d'urgence humanitaire

La situation du choléra devient préoccupante en RDC. L'épidémie touche désormais 19… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.