10 Septembre 2017

Burkina Faso: Les projets de la BAD identifiés

Le gouvernement burkinabè et la Banque africaine de développement (BAD), ont eu une séance de travail, le vendredi 8 septembre 2017 à Ouagadougou, sur le Document de stratégie- pays (DSP) 2017-2021. Celui-ci fixe les orientations de l'action de l'institution bancaire en termes de financement de projets évalué à 500 milliards de F CFA.

Pour les cinq prochaines années, la Banque africaine de développement (BAD) va axer ses financements au Burkina Faso sur deux piliers d'intervention que sont la promotion de l'accès à l'énergie et le développement du secteur de l'agriculture pour une croissance inclusive.

Avant l'adoption par le conseil d'administration de la banque le 20 septembre prochain, le gouvernement burkinabè et la BAD ont passé au peigne fin, le vendredi 8 septembre 2017, le Document de stratégie- pays (DSP) qui définit les orientations de financement, de suivi, d'évaluation de projets et programmes de développement au Burkina Faso. Le coût global de ces financements s'élève à 500 milliards de francs CFA.

Pour le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, qui a dirigé la séance de travail, les deux piliers identifiés sont en adéquation avec les orientations du Plan national de développement économique et social (PNDES) et par conséquent, contribueront à sa mise en œuvre. «Le choix de financement des projets indicatifs dans le domaine énergétique, en l'occurrence le projet d'interconnexion dénommé ‘'la dorsale nord ‘', le projet de central photovoltaïque de 50 MW et celui d'électrification de centres sociaux est à saluer», a laissé entendre le chef du gouvernement.

Il a ajouté que les projets identifiés dans le pilier concernant le développement du secteur de l'agriculture pour une croissance inclusive sont aussi structurants et prioritaires pour son gouvernement. Ils visent, a-t-il argué, la promotion de l'économie locale et nationale. La ministre de l'Economie, des Finances et du Développement, Adizatou Rosine Coulibaly, a précisé que la présente rencontre vise aussi à coordonner les actions de la BAD avec celles des autres Partenaires techniques et financiers (PTF). «Certaines actions avaient déjà été engagées puisque leur programme couvre la période 2017-2021 mais cette rencontre va nous permettre d'aller rapidement.

Nous avons ciblé ces deux piliers pour être sûr que nous arriverons à impacter positivement les secteurs pour pouvoir entraîner l'économie», a expliqué la ministre en charge du développement. Selon le directeur général Afrique de l'Ouest de la BAD, Janvier K. Litse, les deux parties se sont accordées sur le contenu du DSP et si le conseil d'administration le valide, les réalisations pourront commencer dès décembre 2017.

Par ailleurs, il a soutenu qu'au-delà des impacts directs du document sur le secteur de l'énergie et de l'agriculture, sa mise en œuvre contribuera, entre autres, à renforcer l'inclusion sociale et à réduire la pauvreté. «Le choix du secteur de l'énergie participe à la nécessité de réduire la forte disparité entre milieux urbains et ruraux en matière d'électrification, par l'amélioration de l'accès des ménages à l'électricité.

Quant au choix du développement du secteur agricole pour une croissance inclusive, il correspond à la nécessité de faire reculer la pauvreté rurale, de maîtriser l'eau pour l'autosuffisance alimentaire, de développer l'agro-business et l'employabilité dans le secteur rural», a justifié Janvier K. Litse.

En outre, il a souligné que le DSP prévoit des opérations qui seront portées par des investisseurs privés. Pour que l'offre d'équipements et de services soit en adéquation avec la demande sociale, le directeur général Afrique de l'Ouest de la BAD a encouragé les autorités burkinabè à maîtriser les indicateurs démographiques.

Burkina Faso

Les Lions ont de "réelles chances de se qualifier au Mondial" (Aliou Cissé)

Les Lions ont de "réelles chances" de se qualifier au Mondial et la rencontre contre le Cap-Vert va leur… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.