11 Septembre 2017

Madagascar: Chronique de Mickey - Sommes-nous pour la « Terre des hommes » ?

billet

Cette histoire de réfugiés Syriens soulève la polémique. Les propos tenus ici ne visent qu'à une modeste échelle de donner quelques pistes de réflexion en retraçant la Grande Histoire.

En général, les migrations sont inhérentes à l'évolution de l'homme et des nations. Elles se différencient par leur ampleur, par le caractère volontaire ou non tant chez les déplacés que chez les terres d'accueil. Ainsi, le Malgache pourra en son âme et conscience dire « OUI » ou « NON ». L'instinct grégaire qui consiste à suivre simplement, à faire et à penser comme tout le monde ne génère que frustrations, sources de conflits. D'abord, partir de son plein gré, quitter est rarissime pour un groupe, la guerre et la famine ont été de tout temps les motivations qui contraignent, disons, à l'exil. Puis, les appels volontaristes à l'immigration ne sont que des phénomènes récents (Amérique, Australie, Canada... ) et encore, avec des instincts de rejet inhérents à tout corps social (le plus gros des contingents d'immigrants ont été les Irlandais aux USA, par exemple).

La plupart du temps les populations « hôtes » ont été forcées directement ou indirectement de recevoir des étrangers. A Madagascar, les vagues d'arrivées successives qui ont forgé notre « malgachéité » illustrent ce cas sauf à quelques exceptions et elles sont les plus inattendues comme les esclaves venus d'Afrique puis renvoyés ailleurs, ce qui était compatible avec le mode de production féodal dominant dans tout le pays en ce temps là. Autrement, les Arabes avec leur puissance commerciale et leur science se sont imposés ; les « Sinoa gasy » importés par l'administration coloniale, devenus des coolies n'ont pas été invités ; il en est de même des « Créoles » (les Blancs) venus d'Europe.

Pour cette fois-ci, le « Printemps arabe » qui a déstabilisé le Moyen-Orient a produit des populations flottantes et l'on fait appel à nous pour en recevoir une partie. Le tollé soulevé par une éventuelle acceptation de nos dirigeants résulte d'absence d'unanimité. Répétons-le, pour une fois on demande notre avis et la réponse doit être réfléchie et consensuelle.

Ou un « OUI » et la réponse malgache doit servir d'exemple au monde et en plus ,contribuer davantage à notre réconciliation nationale en consolidant nos valeurs communes sans pour autant accuser de boucs émissaires les nouveaux venus, mais de montrer que notre société peut ingérer et intégrer les autres au nom de notre « fihavanana »; Ou un non qui signifie que nous allons encore ruminer à l'interne nos dissensions « puériles ». Les immigrations imposées à Madagascar et notre insularité ont germé en nous une crainte voire une phobie de l'Etranger, peut-être qu'il est temps pour nous de nous en débarrasser et nous gagnerons ainsi à être les vrais partisans du concept « Terre des Hommes ».

Madagascar

Des Malgaches prêts à faire face à l'épreuve de la peste

L'épidémie de peste s'est maintenant bien installée dans le quotidien des Malgaches. Ces derniers… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.