10 Septembre 2017

Burkina Faso: Ministère des Infrastructures - Des voies dégagées pour désenclaver le pays

Le ministère des Infrastructures a organisé une session couplée du premier Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) et de l'Assemblée sectorielle des projets et programmes de l'année 2017 dudit département, le vendredi 8 septembre 2017 à Ouagadougou.

Le ministère des Infrastructures est confronté à des défis majeurs pour le désenclavement du territoire national, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. De ce point de vue, il a engagé d'importants projets routiers en 2016 et durant l'année en cours.

Ainsi, le département a fait le point de l'exécution de ces différents projets au cours d'une session couplée du premier Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) et de l'Assemblée sectorielle des projets et programmes de l'année 2017, le vendredi 8 septembre 2017 à Ouagadougou.

En effet, cette session qui a réuni les cadres et les responsables des projets et programmes du ministère a permis d'évaluer les performances des actions et les mesures mises en œuvre, d'échanger sur les facteurs constituant des goulots d'étranglement et d'y apporter des solutions idoines. Il s'est agi concrètement d'examiner le bilan global des réalisations de l'année 2016, le bilan à mi-parcours du programme d'investissement de 2017, spécifique à l'adoption du rapport d'évaluation, des performances des projets et programmes.

Selon le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, l'analyse du bilan des activités de l'année écoulée révèle que le taux d'exécution des dépenses d'investissement de l'année tel qu'il apparaît dans le Programme d'investissement public (PIP) au 31 décembre 2016 s'établit à 80,51% base- engagement contre 87,67% sur base- liquidation. « Quant au taux physique, il est évalué à plus de 75% », a-t-il ajouté.

Concernant les résultats obtenus à mi-parcours de la mise en œuvre du programme 2017, il a souligné l'achèvement des travaux de voirie de Bobo-Dioulasso et la voie d'accès au pôle hospitalier du secteur n° 30. Pour lui, les travaux de construction et de bitumage des routes Didyr-Toma-Tougan (84 km) et des travaux d'aménagement de voiries à Gaoua, ont eu un démarrage effectif.

Il y a également, a-t-il poursuivi, l'exécution des travaux de 1375 km de pistes rurales à 62% et celle des travaux de construction de l'échangeur du Nord à Ouagadougou à 52%. « Nous avons aussi, l'exécution des travaux d'aménagement de la section urbaine de la Route nationale (RN) 4 allant du croisement de la RN4/RN3 à l'échangeur de l'Est à Ouagadougou à 35,8% et le transfert de la gestion du péage routier au fonds spécial routier pour le rendre plus autonome », a renchéri M. Bougouma.

Œuvrer à mettre tous les projets au vert

A l'écouter, huit projets, tous de catégorie A, qui sont en instance, soit en cours ou clôturés entre 2015-2016 ont été décortiqués devant le comité d'évaluation. « Sur la base des critères d'évaluation, un projet a été classé dans la catégorie 1 au niveau de performance qui traduit un risque minime de non- atteinte des objectifs, trois dans la catégorie 2 qui présente un risque substantiel ou modéré de non atteinte des objectifs et quatre dans la catégorie rouge » a-t-il indiqué.

Ces résultats mitigés, selon le ministre, trouvent leur justification principale dans la non- prise des textes conforme à la réglementation des projets et programmes et à une contreperformance de certaines entreprises attributaires de marchés de travaux. Par ailleurs, il a pris l'engagement d'œuvrer pour que l'ensemble des projets soient au vert. Au titre des projets qui vont démarrer cette année, le ministre a mentionné la rénovation de la voirie urbaine à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, la construction de nouvelles voiries bitumées dans ces deux grandes villes du pays, ainsi que l'achèvement de la voirie à Gaoua dans le cadre de la fête nationale du 11- Décembre.

« Concernant les grands projets en vue, les travaux de bitumage de la route Manga-Zabré, celle de Diapaga- Kantchari frontière du Bénin et de la voie de contournement de la ville de Ouagadougou, Boulevard des Tansoaba, démarreront cette année », a-t-il signalé.

Aussi, dans le cadre du mécanisme du Partenariat public-privé (PPP), à entendre le ministre, la route de Solenso, dans les Banwa, celle de Bogandé dans la région de l'Est, la route de Boulsa-Sapaga et bien d'autres seront bitumées. « La Banque africaine de développement (BAD) a donné son accord pour exécuter la route RN4 Goughin- Fada N'Gourma jusqu'à la frontière du Niger », s'est-il réjoui.

La réalisation de ces projets, a soutenu le ministre des Infrastructures, permettra à terme d'améliorer le niveau de service des routes, la sécurité des usagers et d'accroitre le niveau des échanges aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays.

Burkina Faso

Roch Kaboré aux jeunes - «Nous avons écouté vos messages et nous allons les traduire en réalité»

Onze recommandations, deux résolutions et deux motions, constituent l'essentiel des résultats obtenus au… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.