11 Septembre 2017

Congo-Kinshasa: Santé - 400 mille dollars de l'OMS pour lutter contre le choléra au pays

Photo: Laurence Hoenig/MSF
Vaccination orale contre le Choléra

Selon l'OMS, vingt provinces de la RDC sur vingt-six connaissent des épidémies de cholera, cette maladie qui est devenue quasi permanente dans de grandes villes du pays telles que Bandundu-Ville, Bukavu, Goma, Manono, Malemba-Nkulu, Minova, Mokala, Kimpese, Uvira et certaines zones de santé de Kinshasa.

Le nombre de cas s'accroit. Selon les statistiques, à la date du 2 septembre, vingt-quatre mille deux cent dix-sept cas suspects avec cinq cent vingt-huit décès, soit un taux de létalité de 2,18%. Avec une incidence de plus de mille cinq cents cas suspects par semaine depuis la fin du mois de juillet 2017. Pour faire face à cette épidémie, l'OMS vient d'apporter un financement de l'ordre de quatre cent mille dollars américains. Cet appui financier servira au déploiement des équipes techniques dans les zones prioritaires. De plus, des kits choléra seront mis à disposition par l'OMS et les efforts de mobilisation de ressources additionnelles vont s'accroître pour soutenir la mise en œuvre du plan d'urgence.

Toujours dans le cadre de la réponse contre le cholera, le ministère de la Santé publique, révèle l'OMS, a redéfini début août 2017 le cadre de la lutte contre cette maladie diarrhéique épidémique par la mise en place d'un programme d'élimination du choléra et de contrôle des autres maladies diarrhéiques (PNECHOL-MD). L'objectif est d'enrayer à court terme les foyers épidémiques et d'engager les actions nécessaires à moyen et long terme pour l'élimination du choléra.

Pour accompagner le ministère de la Santé publique dans ce processus, l'OMS a élevé l'épidémie au grade 2 du cadre de la réponse d'urgence et déployé un groupe d'experts internationaux pour appuyer l'élaboration d'un plan d'urgence pour la réponse à l'épidémie. "Nous devons mettre en œuvre immédiatement les actions de réponse de façon pragmatique dans les zones prioritaires et à risque pour stopper cette dissémination massive du choléra. Mais il est aussi essentiel que l'assainissement des milieux, l'hygiène individuelle et collective soient mis en pratique et que l'eau potable soit accessible aux populations les plus exposées au risque de contamination du choléra," a déclaré le Dr Allarangar Yokouidé, représentant résident de l'OMS en RDC.

En savoir plus

Une crise sanitaire

La fin de règne du régime de Kinshasa s'accompagne avec tous les malheurs, au grand dam de la population.… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.