11 Septembre 2017

Afrique: Un sommet sur la Libye très critiqué par les Brazzavillois

Photo: DW/A.Severin
Réunion de haut niveau de l’UA sur la Libye

Le comité de haut niveau de l'Union africaine sur la crise libyenne s'est réuni samedi au Congo. Dans la capitale, on estime que Denis Sassou N'Guesso devrait plutôt s'investir dans la résolution de la crise du Pool.

Le sommet de Brazzaville s'est achevé par un nouvel appel au dialogue aux protagonistes de la crise libyenne. Le président de la Communion de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a reconnu que la paix était un processus en Libye. Il a demandé que le dialogue se poursuive dans les villes libyennes.

A Brazzaville où s'est donc déroulé ce sommet, les analyses divergent. Didier Clotaire Boutsindi qui anime une organisation pour la paix au Congo, salue l'initiative de Denis Sassou N'Guesso : "Grâce à la réunion de Brazzaville, les Libyens vont laver leur linge sale en famille. Je crois que la paix va revenir dans ce pays déchiré par la guerre, car le président Sassou est un homme d'expérience et de paix," a-t-il indiqué.

Le Tchad mieux placé que le Congo

De son côté, le politologue Constant Ebara Péa a noté les difficultés du leadership brazzavillois pour conduire à terme les discussions entre Libyens. Il estime qu'un autre leader africain aurait pu mieux le faire : "Idriss Deby est préférable à Sassou N'Guesso à plus d'un titre. Le Tchad partage une frontière avec la Libye, ce qui fait que le président Deby a un pied dedans. Mais le problème c'est que le président Sassou N'Guesso s'est mis dans une stature de médiateur international, de sage africain, l'homme qui règle tous les conflits. Cette image a été écorchée et écornée à la suite du changement de la constitution et de son élection contestée", analyse le politologue.

Et la crise du Pool dans tout ça ?

Pour l'activiste Maixent Hanimbat, le président Sassou N'Guesso aurait pu s'investir pleinement dans la résolution de la crise du Pool qui sévit dans le sud du pays. Selon lui, le Congo aurait pu faire l'économie d'énergie et d'argent en appuyant juste l'initiative de la France. "Je me pose la question dans quelle mesure ce que nous faisons est complémentaire avec ce qui s'est fait à Paris où étaient présents tous les acteurs majeurs, y compris ceux qui sont impactés et qui sont aussi des acteurs de l'Union africaine, surtout dans un contexte où on prépare l'arrivée du FMI", a-t-il affirmé.

Le sommet de Brazzaville reste malgré tout une étape importante dans la résolution de la crise libyenne en ce qu'il initie le dialogue inter-libyen. Le comité de haut niveau de l'Union africaine sur la Libye se donne rendez-vous fin octobre à Brazzaville pour évaluation.

En savoir plus

Sommet de Brazza sur la Libye - Encore une rencontre de plus ?

Un sommet sur la crise libyenne, à l'initiative de l'UA (Union africaine), a ouvert ses portes le 9 septembre… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.