11 Septembre 2017

Burkina Faso: Koglweogo de Louda (Boussouma) - L'interpellation d'un ressortissant étranger se transforme en "affaire d'Etat"

Un présumé escroc de nationalité nigériane a été interpelé dans la soirée du samedi 9 septembre 2017 par les groupes d'autodéfense couramment appelés "koglweogo" de Louda, un village de la commune de Boussouma (province du Sanmatenga) situé à une dizaine de kilomètres de Kaya.

L'affaire a falli créer un incident diplomatique n'eût été la prompte réaction des autorités burkinabè. En effet, le ressortissant étranger a été libéré dans la soirée du dimanche 10 septembre des mains des justiciers populaires par la police de Kaya.

Selon des informations, l'ambassade du Nigeria au Burkina Faso aurait saisi le ministère des Affaires étrangères du Burkina Faso au sujet de l'arrestation d'un de ses ressortissants par des koglweogo dans la province du Sanmatenga. Face à cette situation et afin d'éviter un incident diplomatique, les autorités nationales se devaient de réagir urgemment pour délivrer le citoyen nigérian des mains des forces illégales. C'est finalement dans l'après-midi du dimanche 10 septembre que le présumé escroc a été remis à la police de Kaya par les koglweogo de Louda à la suite d'une médiation entreprise par leurs frères koglweogo.

En rappel, K. O., pour ne pas le nommer, a été interpellé dans la soirée du samedi 9 septembre dans un kiosque du secteur 4 de Kaya par les « brigadiers » de Louda. Il serait reproché au ressortissant nigérian d'avoir escroqué des commerçants dans les communes de Korssimoro et de Boussouma. Selon le président des koglweogo de Louda, Hamidou Ouédraogo, le présumé escroc ciblait les lieux de commerce pour commettre ses forfaits. Il a relaté en ces termes son mode opératoire : « Lorsqu'il se présente dans une boutique, il fait un achat de moins de 1 000 FCFA et remet un billet de 10 000. Par la suite, deux situations peuvent se présenter à ces victimes. La première, vous pouvez constater la disparition de tous les billets de banque de votre caisse après son départ.

La seconde, il revient quelques instants après dans la même boutique et vous dit qu'il s'était trompé d'article. En ce moment, si vous n'avez pas l'article demandée, il vous remet l'autre article et réclame son billet de 10 000 FCFA. Par inattention, certaines des victimes lui remettent le billet de 10 000 F oubliant de lui réclamer la monnaie qui lui avait été remise auparavant ». C'est suite aux plaintes des victimes que les koglweogo ont décidé d'aller à la recherche du présumé escroc. "Lorsque nous avons mis la main sur lui, il a reconnu certains des faits qui lui sont reprochés. Pour se défendre, il nous a dit qu'il souffrait de cleptomanie (Ndlr : une impulsion pathologique qui pousse certaines personnes à voler)", a indiqué le chef des koglweogo de Louda.

Et de préciser que le présumé escroc a été interpellé en possession d'une grosse cylindrée non immatriculée, d'une somme d'argent dont des billets du Nigeria, de divers documents dont un passeport de son pays d'origine, des étiquettes d'articles de commerce, des clés mécaniques et d'une clé d'une chambre d'auberge de Kaya portant le numéro 20.

Il est à noter que les koglweogo ont, avant de remettre le présumé escroc à la police, exigé que ce dernier dédommage certaines victimes et s'acquitte aussi de l'amende des justiciers populaires ; ce qui fut fait.

Burkina Faso

Rojalnu/Odd afrique - Le torchon brûle entre le secrétaire exécutif et le président

Le Secrétaire exécutif du Réseau des organisations jeunesse leader des nations unies pour… Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.