11 Septembre 2017

Ile Maurice: Allégations - Un client dénonce les services de la MauBank

M. L. est un des rares clients à ne pas donner un chèque en blanc à sa banque après avoir obtenu un prêt de celle-ci. Il dénonce que les services de sa dette n'ont pas été gérés selon les normes auxquelles il s'attendait. Taux des frais de procédure ramené à 0,75 % au lieu de 0,50 %, mauvaise datation du contrat, hausse du montant de son remboursement alors que le taux directeur a baissé, ponction inexpliquée de Rs 270... Ses doléances sont nombreuses.

Sa demande d'intervention auprès de la Banque de Maurice n'ayant pas donné les résultats souhaités, il s'est tourné vers le bureau du Commissionner for the Protection of Borrowers. Une rencontre a été fixée au bureau de Shamila Sonah-Ori, le mardi 29 août, avec des représentants de la Banque de Maurice et de la MauBank. «Elle a indiqué qu'il doit y avoir un arrangement entre la MauBank et moi. J'attends une réaction de la banque.»

Shamila Sonah-Ori a confirmé la rencontre et a indiqué que son bureau attache beaucoup d'importance à l'écoute des doléances. Toutefois, elle n'a pas voulu en dire davantage sur ce cas.

L'histoire entre M. L. et la MauBank démarre en juin 2013. Ce fonctionnaire dit avoir été approché par un membre du personnel de l'ex-MPCB en vue d'être un client de cette banque. «On m'a dit qu'il n'allait pas y avoir de coût d'évaluation et que le taux pour les frais de traitement de mon dossier allait être de 0,50 % au lieu de 1%.» C'est ainsi que M. L. et son épouse décident de contracter un prêt de Rs 510 000 auprès de la MauBank.

M. L. va noter une première anomalie : on l'a fait payer deux fois le montant des frais administratifs par rapport au Mauritius Credit Information Bureau. «Un taux de 1 % était applicable comme frais de procédure et non 0,50 % comme convenu pendant la négociation.» Il s'est adressé à la banque en question. Puisque personne ne l'a pris au sérieux, il a eu recours à la Banque centrale.

Anomalies

Lors d'une réunion à la MauBank, le 17 mai 2013, le couple est informé que le taux des frais de procédure, initialement de 1 %, a été ramené à 0,75 % au lieu de 0,50 % comme convenu pendant la négociation précédant l'emprunt. La pénalité de 1 % concernant tout remboursement prématuré a été levée. M. L. se demande si la banque ne savait pas que ces mesures n'étaient pas applicables.

M. L. va ensuite repérer toute une liste d'anomalies. Ce sont entre autres le non-respect de son instruction pour que ce soit seulement le jour où il perçoit sa paie du gouvernement que la banque effectue le prélèvement du montant de son remboursement mensuel.

Il dénonce aussi le fait que la date de son contrat a été fixée en 2012 alors que la transaction a eu lieu en 2013. Le client souligne en outre que l'adresse figurant sur le document n'est pas exacte et déplore l'absence d'explication à ce jour concernant la ponction de Rs 270 réalisée le 4 octobre 2016, mais qui a été créditée sur son compte le même jour.

Il ne comprend pas non plus pourquoi le montant de son remboursement est passé de Rs 7 614 à Rs 8 082 à partir d'août 2016, alors que le taux directeur a baissé. Dans la foulée, il fustige le prélèvement du montant des frais encourus pour une demande de remboursement prématuré, une condition qui a été intégrée dans le contrat alors que cette obligation ne s'applique pas dans le cas du prêt consenti.

L'imposition durant la première année du prêt d'un taux d'intérêt de 4,50 % au lieu des 7 % préconisés pour ensuite réclamer Rs 13 125 comme somme non collectée, assortie d'une pénalité de 5 %, intrigue également notre interlocuteur. Il relève, de surcroît, l'absence du nom et du titre hiérarchique du préposé qui a apposé sa signature au bas de la réponse de la MauBank.

Réparation

Dans sa réponse en date du 30 mars 2017, la banque indique que le taux d'intérêt pour la première année de remboursement est de 4,50 %, mais que pour les années à venir, le taux serait de 0,50 % en dessous du prime lending rate. Soit de 7 % par an, en sus d'autres taux que la banque peut imposer. La MauBank confirme qu'elle a décidé de réduire les frais de procédure de 1 % à 0,75 % mais ne fait aucune mention de la promesse verbale de 0,50 %. Et réfute l'accusation selon laquelle il y a eu maldonne au sujet de l'adresse de son client.

Concernant la date à laquelle le prélèvement doit être effectué, la banque indique qu'exceptionnellement, celuici allait avoir lieu le 29 au lieu du 27 de chaque mois sur la demande de son client. Et ce, dès novembre 2016. De plus, la MauBank précise que le taux d'intérêt mensuel durant la première année de remboursement est de 4,50 %, soit Rs 7 080. Elle fait ressortir que le taux d'intérêt sera par la suite de 7 % (0,50 % en dessous du taux du prime lending rate, soit Rs 7 614).

Dans une réponse en date du 7 avril 2017 à la suite d'une requête de l'express, Sridhar Nagarajan, Chief Executive Officer de la Mau- Bank, explique que l'institution qu'il dirige s'en tient à la réponse fournie à son client, le 30 mars 2017 : «Nous lui avons répondu en détail. Nous avons traité toutes ses requêtes de façon compréhensible. Nous sommes tenus au respect des dispositions de la Banking Act. Nous regrettons que nous ne puissions pas discuter du compte de notre client avec une tierce partie.»

Quant à M. L., qui a déjà porté plainte contre la MauBank, il avance que la banque n'a pas le droit d'intervenir sur son compte en dehors des dispositions du contrat qu'il a signé avec elle. «La banque ne m'a pas répondu sur la ponction des Rs 270. Je vais exploiter toutes les possibilités légales pour demander réparation.»

Ile Maurice

Propos insultants - Ravi Rutnah présente ses excuses, mais...

Plus facile de faire «bourik manz lazlé» que de faire Ravi Rutnah présenter des excuses… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.