11 Septembre 2017

Congo-Brazzaville: « De l'ombre à la lumière » ou le parcours d'une personne drépanocytaire chez les libraires

Préfacé par le Dr Gilius Primaël Aloumba, médecin généraliste, le livre de Minel Princilia Bopaka Ewe, diffusé aux éditions L'Harmattan Congo, compte 167 pages. Il relate l'histoire de combat de vie d'une patiente drépanocytaire qui n'est autre que l'auteure.

« De l'ombre à la lumière » est constitué de douze (12) chapitres qui sont : Découverte de ma maladie ; Le vécu de la maladie et des crises dans mon enfance ; Entrée au secondaire ; L'Université et son Universalité ; L'Aujourd'hui et moi ; Ces frustrations qui collent la peau ; Que faire de cette expérience ; Une Société meilleure est possible ; Sublimer la souffrance ; Je suis ; Alliance des revêtements ; Hommage.

La drépanocytose est une maladie du sang causée par la mutation du gène de l'hémoglobine. Elle est dans cet ouvrage dépeinte sous tous ses aspects, abordant aussi bien les luttes physiques que psychologiques, qui en demeurent le point central, à travers les yeux de l'auteure.

Cet ouvrage est une dynamique, un voyage à travers différents états d'âmes allant, telle une palette d'arc-en-ciel, d'un vécu morne à une expérience de sublimation et un besoin d'expression. La plume très intime de l'auteur aborde là une question encore sensible en laquelle beaucoup de personnes se retrouveront et d'autres trouveront l'occasion d'agir.

L'auteur partage son expérience

Enfant unique de sa mère, occupant la deuxième position des sept (7) enfants de son père, ceux qui sont partis y compris. Elle a été élevée par sa mère, seule, qui a eu la lourde charge de prendre soin d'elle, de sa santé. Après avoir été informée que sa fille était drépanocytaire à l'issue d'un bilan biologique, la nouvelle résonna en elle comme un coup de tonnerre dans un ciel serein aux yeux de sa mère qui le vécut comme un véritable deuil. Entretenue et conseillée par l'équipe soignante d'hygiène et vie, sa mère s'engagea bon gré mal gré elle dans le plus grand combat de sa vie, sa santé... « Malgré que je fus assez choquée de découvrir que j'étais drépanocytaire, cette découverte aussi douloureuse fut-elle n'eut pas d'impact conséquent sur le cours de ma vie, du moins pas pour l'instant », déclare-t-elle.

Préfaçant ce livre, le Dr Gilius Primaël Aloumba affirme que la drépanocytose est une pathologie héréditaire, une hémoglobinopathie qualificative qui affecte préférentiellement les mélanodermes d'Afrique, des Antilles et des Caraïbes. De renommée redoutable du fait de sa morbi-mortalité, les significatives avancées scientifiques de ces trois dernières décennies ont considérablement amélioré la prise en charge des patients drépanocytaires, réduisant ainsi le taux de mortalité qui lui était imputé. Cependant, elle reste lourde de conséquences aussi bien médicales que psychologiques. Le quotidien de tout patient drépanocytose connu dans son entourage est toujours mal vécu.

Le regard discriminatoire et dédaigneux d'autrui sur le concerné est un facteur susceptible de fragiliser le mental et d'affecter sans nul doute son épanouissement. « Nous souhaitons que l'ouvrage dont vous vous apprêtez à découvrir le contenu nous fasse sortir de l'anonymat. Et ce, afin de briser les murs du silence, de faire tomber les préjugés, de promouvoir l'estime de soi, et de favoriser l'acceptation des personnes drépanocytaires dans leur entourage. Ce travail permettra aussi une bonne interrogation socioprofessionnelle de ces dernières ; car la drépanocytose n'est pas un choix de vie, mais un problème de gènes », a-t-il conclu.

Notons que l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dans son rapport du 24 avril 2006, indique qu'en Afrique, chaque année, 200.000 enfants naissent drépanocytaires, pour une prévalence mondiale de cinq pour cent de la population générale.

Qui est Minel Princilia Bopaka Ewe ?

Née en 1992 à Brazzaville, elle fait ses premières classes à l'Institut inspecteur Jean-Biyoudi pour les terminer dans un lycée de renom, dans lequel elle passera les heures sombres de sa vie qu'elle raconte dans cet ouvrage. Minel est actuellement inscrite à la Faculté des sciences de la santé de Brazzaville, filière médecine. C'est l'initiatrice et le pilote d'un projet, la Fondation Raphael, qui s'est donnée la mission de lutter contre la drépanocytose, en mettant en avant l'aspect psycho-social de la maladie.

« De l'ombre à la lumière » est vendu dans les librairies de la place.

Congo-Brazzaville

La journée d'intégration et d'orientation académique et professionnelle par l'AECF

À l'occasion de la rentrée universitaire 2017-2018, l'Association des étudiants congolais de France… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.