12 Septembre 2017

Tunisie: Bientôt un master de recherche sur la migration internationale

Placée sous le thème «Migration et santé en Tunisie» et organisée à l'initiative de l'Organisation internationale pour la migration (OIM) en partenariat avec l'Institut national du travail et des études sociales (Intes), l'école d'été se poursuivra jusqu'au samedi 16 septembre.

Elle a pour objectif d'échanger et produire un savoir scientifique destiné aux chercheurs et aux autorités publiques autour de la migration et la problématique sanitaire, et ceci à travers la participation de 50 experts nationaux et internationaux.

«Ces travaux pourront ainsi aider les autorités publiques dans l'élaboration de politiques efficaces pour le traitement des sujets liés à la migration», a déclaré le directeur général de l'Intes, Abdessatar Mouelhi.

Il a précisé que «parmi les problématiques abordées lors de cette édition figurent l'accès aux soins pour les migrants en Tunisie, l'élaboration d'une politique publique préventive et curative en matière de santé contre les épidémies nationales et transnationales en plus de l'appui de la coopération entre les autorités et la société civile dans la prise en charge des migrants».

M. Mouelhi a également annoncé la création d'un master de recherche sur la migration internationale au sein de l'Intes au cours de l'année universitaire 2018/2019.

Dans ce contexte, Hanen Belgacem, consultante au sein de l'OIM chargée du projet régional «santé et bien-être parmi les migrants», a indiqué que cette école s'inscrit dans le cadre du projet régional «Promotion de la santé et du bien-être des migrants» lancé dans cinq pays (Tunisie, Egypte, Libye, Yémen et Maroc) et a pour objectif la promotion de la santé chez les migrants dans les pays d'accueil afin de leur garantir l'égalité dans l'accès aux soins.

Financé en Tunisie par le ministère finlandais des Affaires étrangères à hauteur de 477.220 euros, le projet régional «Santé et bien-être des migrants en Tunisie» a permis aux migrants atteints du Sida de bénéficier, à l'instar des patients nationaux, des médicaments et traitements liés à cette maladie, a expliqué Mme Belgacem en signalant que le ministère de la Santé est partie prenante de ce projet en plus des représentants du ministère des Affaires sociales et des composantes de la société civile.

«Environ 300 migrants ont pu bénéficier du projet santé et bien-être depuis mars 2016», a-t-elle ajouté.

Lors de son intervention, Lorena Lando, chef de mission à l'OIM, a souligné l'importance de cette école d'été dans l'élaboration d'une réflexion commune incluant les autorités publiques et la société civile dans le but de promouvoir l'accès de la santé pour le migrant en Tunisie.

Organisée en partenariat entre l'Intes, l'OIM, le ministère de la Santé et le ministère des Affaires sociales, l'école d'été sur la migration est une occasion pour échanger les connaissances et les expertises sur les problématiques liées à la migration.

Lancée en 2015, la première édition de l'école d'été s'articulait autour des méthodes de recherches sur la thématique de la migration. La deuxième édition portait sur le thème de la migration et le développement local.

Tunisie

La Tunisie soutient la feuille de route onusienne

Le ministre des Affaires étrangères Khemaïes Jhinaoui a réaffirmé, hier, à… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.