12 Septembre 2017

Afrique du Sud: Le président Zuma invite les Sud-Africains à célébrer la mémoire de Steve Biko

Pretoria, Afrique Du Sud — A l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de sa disparition, le président Jacob Zuma a appelé tous les Sud-Africains à se souvenir, célébrer et préserver l'héritage du leader du Mouvement de la conscience noire et héros de la lutte contre l'apartheid, Stephen Bantu Biko, mort en détention, suite à des brutalités policières, le 12 septembre 1977.

Pour marquer ce triste épisode dans l'histoire de la lutte des Sud-Africains pour la libération, le président Zuma doit visiter ce mardi la prison Kgosi Mampuru et déposer une gerbe de fleurs dans la cellule où M. Biko est décédé, a annoncé lundi la présidence dans un communiqué.

"M. Biko est décédé dans une cellule de la police, au Pretoria Central Prison, devenue le Kgosi Mampuru Correctional Centre, suite à son arrestation en août 1977.

Il est sauvagement battu par la police de sécurité de l'apartheid durant sa détention à Port Elizabeth et sérieusement blessé, avec notamment des lésions cérébrales.

"Il est resté enchaîné, nu et traité sans dignité aucune. Négligé par les médecins, qui étaient de connivence avec la police, il est transporté de Port Elizabeth à Pretoria en dépit de son état. Sa mort suscita l'indignation sur le plan national et international," rappelle le communiqué.

Pour le président Zuma, le leadership de Biko et ses idéaux ont été une source d'inspiration non seulement pour les militants sud-africains de la lutte de libération, mais aussi pour beaucoup de leaders et activistes à travers le continent et le monde qui ont combattu le racisme, le colonialisme et l'impérialisme.

"Steve Biko a combattu la suprématie blanche et ne supportait pas également ce qu'il considérait comme un complexe d'infériorité chez les Noirs. Il a insisté sur la nécessité de parvenir à une libération psychologique des Noirs, pour accompagner la libération physique, afin de réparer les dégâts causés par l'apartheid. Il a milité pour la fierté du peuple noir et son autonomie, estimant que le peuple noir devait être son propre libérateur et diriger les organisations qui luttent pour la liberté.

"Il a mis ses paroles en pratique au regard de l'autonomie et de la mise en place de plusieurs projets communautaires qui étaient destinés à améliorer la vie de la population. Ses idéaux d'autonomie sont plus que jamais d'actualité aujourd'hui alors que nous développons un plan de transformation socio-économique radical et la dé-racialisation de la propriété, de la gestion et du contrôle de l'économie", a dit M. Zuma.

Selon la présidence, le gouvernement n'a cessé d'honorer la mémoire et l'héritage de Biko.

Le gouvernement a dédié cette année la célébration, le 21 mars 2017, de la Journée nationale des Droits de l'homme à Steve Biko, en reconnaissance de sa contribution à la lutte pour la libération et les droits de l'homme pour le bien de tout le pays.

Cette célébration nationale a eu lieu à King William's, ville natale de Biko. Le président Zuma y a inauguré le mémorial Steve Biko.

"Steve Biko a souffert de graves abus, tortures et harcèlements sur une courte période et a payé le prix suprême pour la libération du peuple noir de l'oppression et de la servitude. Nous n'oublierons jamais sa contribution et son sacrifice. Nous remercions également la communauté internationale d'honorer ce grand homme et patriote de différentes manières" a ajouté M. Zuma. (Source Pana).

Afrique du Sud

Pour l'Afrique du Sud, le continent peut et doit trouver ses propres solutions à ses défis

Devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président de l'Afrique du Sud, Jacob Zuma… Plus »

Copyright © 2017 Infos Plus Gabon. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.