12 Septembre 2017

Congo-Brazzaville: Partenariat / L'hôpital Necker - Enfants malades entend apporter son soutien au Centre national de la drépanocytose

Une délégation de l'hôpital Necker-Enfants malades de Paris a rencontré, le 12 septembre, l'épouse du chef de l'Etat, Antoinette Sassou N'Guesso, marraine de la lutte contre la drépanocytose pour nouer des contacts à travers la Fondation Congo Assistance qu'elle dirige, et appuyer le programme de santé.

Au sortir de l'audience, Marianne De Montalembert qui conduit la délégation de Necker a déclaré : « depuis des années, la première dame du Congo donne beaucoup de son énergie et de sa volonté pour la prise en charge de cette maladie, mais, il est particulièrement difficile de faire fonctionner un centre. Sur l'impulsion de Mme Antoinette Sassou N'Guesso et du directeur général, Elira Dokékias, nous réfléchissons aux meilleurs moyens de faire en sorte que ce centre soit le plus fructueux possible pour les patients drépanocytaires au Congo ». Et d'ajouter, « nous réfléchissons à développer la recherche et l'éducation, et travaillerons aussi avec l'équipe de Kinshasa ».

Professeur à l'hôpital Necker (Paris), Marianne De Montalembert a beaucoup travaillé avec la présidente de la Fondation Congo Assistance pour sortir la drépanocytose de l'anonymat entre 2003 et 2005. Elle a également participé aux premiers Etats généraux de la drépanocytose, tenus en 2005 à Brazzaville.

L'hôpital Necker-Enfants malades est un centre hospitalier qui constitue depuis 2011 l'un des 12 groupes hospitaliers de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Les hôpitaux universitaires Necker-Enfants malades sont un hôpital spécialisé en pédiatrie mais disposent également de services spécialisés pour adultes. Toute la palette des activités de médecine et de chirurgie de l'enfant est présente.

A Brazzaville, cette délégation a déjà eu droit à une visite guidée du centre national de la drépanocytose, « Maman Antoinette Sassou N'Guesso », situé dans l'enceinte du CHU, ainsi que des services de pédiatrie pour définir les priorités et créer des programmes.

« Nous travaillerons avec eux pour faire l'état des lieux sur la situation de la drépanocytose. Ensuite, ils réfléchiront sur la manière de nous accompagner tant sur le plan structurel que matériel en dons, et surtout, faire en sorte que le partenariat entre la Fondation Necker qui sera créé et la Fondation Congo Assistance puissent bénéficier des structures sanitaires dont la nôtre », a précisé, pour sa part, le directeur général du Centre national de drépanocytose, Alexis Elira Dokekias.

Parlant des priorités de ce centre de référence, il a insisté sur le dépistage de la drépanocytose, le diagnostic des complications, la recherche et la prise en charge. « Dans le cadre de la recherche, il faut élaborer les points avec d'autres pays limitrophes, afin de donner la vocation sous-régionale à ce centre. Nous avons pour mission de coordonner le travail pour avancer et faire que ce centre rayonne au niveau de l'Afrique centrale pour que la drépanocytose ne soit plus un mythe ».

La délégation de la fondation Necker est venue à Brazzaville pour participer à la journée de recherche clinique sur la drépanocytose, ouverte le mardi au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B), sous le patronage du ministère de la Santé et de la population. Cette rencontre a réuni les chercheurs du Congo, de la RDC et du Gabon pour partager leurs expériences et examiner les avancées dans le cadre du dépistage, du diagnostic et de la prise en charge de la drépanocytose, une maladie génétique la plus répandue au monde, avec 50 millions de malades.

Congo-Brazzaville

La journée d'intégration et d'orientation académique et professionnelle par l'AECF

À l'occasion de la rentrée universitaire 2017-2018, l'Association des étudiants congolais de France… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.