12 Septembre 2017

Burkina Faso: 150 migrants burkinabé rentrent volontairement de Libye

150 migrants Burkinabè en provenance de la Libye seront accueillis le mercredi 13 septembre 2017 à 14h00 à l'Aéroport International de Ouagadougou.

Organisé par le Gouvernement burkinabè et l'OIM, l'Agence des Nations Unies pour les Migrations avec l'appui financier de l'Union Européenne, ce retour s'inscrit dans le cadre du programme d'Aide au Retour Volontaire et à la Réintégration (AVRR) de Migrants.

Selon Nathalie DUVEILLER, Chargée de Projet à l'OIM Burkina Faso, « l'OIM n'intervient pas dans les retours forcés ou les expulsions, mais elle dispose d'un programme d'appui au Gouvernement pour le retour volontaire des migrants dont l'objectif est d'offrir, en bon ordre et dans les conditions respectueuses de la dignité humaine, la possibilité d'un retour et d'une réintégration à des migrants qui ne peuvent ou ne veulent plus rester dans le pays d'accueil et souhaitent retourner volontairement chez eux ».

L'activité est organisée en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l'Extérieur ainsi que le Ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille. Les 150 migrants arriveront à bord du vol Charter en provenance de la Libye et accueillis par les autorités burkinabè à l'Aéroport international de Ouagadougou.

Depuis janvier 2017, le Burkina Faso a enregistré 383 migrants retournés volontairement de la Lybie. L'arrivée du mercredi 13 septembre 2017 constituera la 3e vague et portera à 533 le nombre de migrants burkinabés qui prennent l'initiative de rentrer de la Lybie.

Après l'accueil, les migrants seront conduits sur le site d'hébergement du Centre de formation Professionnelle de Ouagadougou (CFPO, ex AEMO) de Somgandé où ils seront pris en charge par le Conseil National de Secours d'Urgence et de Réhabilitation (CONASUR) et la Direction Régionale du Centre de la Femme, de la Solidarité Nationale et de la Famille avec l'appui de l'OIM. Ils bénéficieront, chacun, de frais de subside pour rejoindre leurs localités d'origine et subvenir aux besoins élémentaires.

Depuis quelques années, le Burkina Faso fait face à un flux migratoire de plus en plus important. Entre 2012 et juillet 2017, 1691 migrants burkinabés sont rentrés volontairement de plusieurs pays dont 1414 de la Lybie, 49 du Maroc et 228 du Niger.

Pour aider le pays à gérer cette situation, l'Organisation Internationale pour les Migrations a développé le programme d'Aide au Retour Volontaire et à la Réintégration (AVRR) de Migrants afin de favoriser leur réinsertion durable et de les fixer dans leur milieu. Chaque migrant bénéficie d'un appui financier et technique pour sa réintégration.

La phase de réintégration comprend, une formation en création et gestion d'entreprise, la rédaction d'un plan d'affaire selon la volonté du migrant, l'achat et la fourniture du matériel et équipement nécessaire à la conduite de l'activité génératrice de revenus. Un suivi est assuré par l'OIM pour garantir la pérennité des actions. A travers ces initiatives, l'OIM veut accompagner le Gouvernement du Burkina Faso dans ses efforts d'offrir des alternatives et des solutions durables aux migrants retournés.

Burkina Faso

Thomas Sankara, Franc CFA - La coalition Ditanyè interpelle Emanuel Macron

«Monsieur le Président, le peuple français a choisi de vous hisser à la magistrature… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.