12 Septembre 2017

Cameroun: Aviculture - La filière toujours grippée

Plus d'un an après les ravages de l'épizootie, les éleveurs peinent toujours à se relancer. Les prix du poulet et les œufs grimpent sans cesse, alors que les fêtes de fin d'année approchent

Déjà deux semaines que le commerce de Sandrine G., spécialisée dans la vente des œufs au quartier Nsimeyong à Yaoundé, est fermé. La raison est que le produit est rare. « Il est de plus en plus difficile de trouver des œufs sur le marché. Quand bien même il y en a, ils coûtent très cher », se plaint la vendeuse. Une conjoncture qui coïncide avec la rentrée scolaire. Dur donc pour cette actrice de l'aviculture. Une filière qui, plus d'un an après les pertes causées par la grippe aviaire, peine à reprendre son envol. Plusieurs initiatives ont pourtant été annoncées pour promouvoir le décollage.

Mais, la crise économique qui secoue l'économie nationale et même sous-régionale ne favorise pas la mise en œuvre des mesures édictées. Naturellement, lorsque les œufs se font rares, les prix de vente explosent. C'est la loi de l'offre et de la demande. Dans les marchés, notamment à Mokolo où sont concentrés plusieurs dépôts d'œufs de table de Yaoundé, « l'alvéole de 60 g coûte actuellement 1700 F, contre 1500 F il y a encore une semaine. L'alvéole de 72 g vaut 2000 F au lieu de 1800 F. Ça grimpe très rapidement ces dernières semaines, parce que les fermes avicoles ferment les unes après les autres et celles qui résistent n'ont pas assez de pondeuses », rapporte l'un des rares grossistes d'œufs, qui fait également de la résistance. Les commandes s'empilent, les détaillants sont aux abois.

Car « il n'y en a pas assez pour satisfaire toute la clientèle », se plaint le grossiste. Les détaillants insistent pour s'approvisionner « parce que les œufs se vendent toujours. Même à 100 F l'unité, les gens achètent », avoue l'un. Dans les commerces, l'œuf est en réalité au bout de la chaîne. Avant, il y a le poulet, également plus cher en ce moment. « Généralement, cette période, considérée comme temps mort parce que la demande est faible, on vend un poulet à 2 000 F, voire 4 000 F quand il est gros. Mais cette année, il faut avoir au moins 3 000 F pour la plus petite bête », regrette une revendeuse au marché Mvog-Ada, réputé pour être la place forte du poulet à Yaoundé.

Le calme actuel sur ce site généralement grouillant en dit long. Côté élevage, l'on assure que c'est l'augmentation du prix du maïs, principal aliment des poulets, est venue porter un autre coup à la filière. Sur le marché, le prix du kilogramme de maïs est effectivement passé de 250 F à près de 300 F en moins de trois semaines. Pourtant, les poussins ne sont plus aussi rares. Certains élevages se sont approvisionnés. C'est dire qu'en décembre, avec les fêtes de fin d'année, il y aura certainement du poulet sur le marché. Mais, à quel prix ?

Cameroun

Paul Biya - « La paix est une condition de la survie de l'humanité »

L'intégralité de la déclaration du président de la République à la tribune de… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.