13 Septembre 2017

Tunisie: Derby par-ci, derby par-là

Entre cadors

Le plus intéressant et le plus incertain sera incontestablement celui qui verra deux géants du continent en découdre pour une affaire de suprématie. L'Espérance Sportive de Tunis revient samedi prochain (18h) sur la pelouse de ses exploits arabes de l'été, le stade Borj El-Arab, pour donner la réplique au club africain le plus titré (huit titres en C1, excusez du peu !), à savoir Al Ahly du Caire. Dans cette finale avant la lettre, les hommes de Faouzi Benzarti ne risquent bien évidemment pas de paraître aussi timorés et sans influx que samedi dernier, devant l'Avenir de Gabès, à huis clos à Radès. L'affiche les motive naturellement, sans avoir besoin de discours. L'effectif «sang et or» sera au complet, puisque Saâd Bguir, blessé durant la quinzaine internationale, est rétabli.

Les autorités égyptiennes ont accordé à Al Ahly un quota de spectateurs de 20 mille personnes. Il y a fort à parier que le joli stade d'Alexandrie assistera à une belle fête du sport et à un duel haut en couleur entre les cadors du foot continental.

Avantage à l'ESS

Le second représentant tunisien en Ligue des champions, l'Etoile Sportive du Sahel, se produira le lendemain (19h) sur la même pelouse du stade Borj El-Arab contre un outsider aux dents longues, Al Ahly de Tripoli. L'entraîneur Hubert Velud pourra compter sur la totalité de son effectif, y compris Rami Bedoui contraint en début de semaine de marquer une pause de deux jours. En revanche, le champion de Libye va immanquablement pâtir de l'absence de sa pièce maîtresse de l'attaque, Anis Seltou, qui a contracté une rupture des ligaments croisés, lundi dernier à l'occasion du match Libye-Guinée disputé à Monastir et comptant pour le groupe de la Tunisie aux qualifications pour la Coupe du monde 2018. Pas de derby, donc pour Seltou qui a quitté l'Etoile au mercato de l'hiver dernier.

Les Libyens manquent de rythme et de compétitivité, compte tenu d'un championnat local qui va au ralenti. De ce fait, il n'a disputé qu'un seul match cette saison, le 27 août dernier, remporté (4-1, dont un doublé de Mouayed Ellafi) contre Al Mahalla.

Un quota de tout juste 2000 spectateurs (dont 500 pour l'ESS) a été réservé pour ce match.

Le CA doit se rebiffer

Le derby Club Africain-Mouloudia Club d'Alger du samedi (20h45) évoque dans l'esprit des sportifs les moins jeunes l'image pittoresque du duel Attouga-Tahir du début des années 1970 dans le cadre des Coupes maghrébines des clubs. Ce jour-là, les copains de Betrouni finirent par avoir le dernier mot malgré un Attouga au sommet de son art.

Aujourd'hui, les temps sont vraiment durs pour le club de Bab Jedid qui a dû s'entraîner lundi dernier sous haute protection policière en raison de la colère qui gronde dans les rangs des supporters.

Deux défaites successives, l'entraîneur Marco Simone largement contesté et qui hérite là d'un sursis, des joueurs qui ne parviennent pas à se concentrer sur leur sujet et à donner l'image d'un groupe solidaire, un bureau directeur fragilisé depuis des mois déjà: ce n'est certes pas l'idéal pour sortir indemne du guêpier du stade 5 juillet où afflueront 40 mille personnes. On attend des «Rouge et Blanc» qu'ils se rebiffent et se révoltent contre leur mauvaise passe.

Le CSS pour une revanche

Enfin, la sortie du Club Sportif Sfaxien, samedi prochain (20h30) face au Fath Rabat, a tous les airs de chaudes retrouvailles et de revanche. En 2010, après avoir été accroché chez lui (0-0), le club de la capitale marocaine était venu à Sfax remporter à la surprise générale le trophée (3-2). Cette fois, les compères de Firas Chaouat n'ont pas envie de vivre la même mésaventure. Leur début de saison est fort encourageant. Le Portugais José da Motta connaît à présent un peu mieux son effectif. Et puis, cette Coupe de la Confédération reste quasiment la chasse gardée des «Noir et Blanc» qui veulent inscrire leur nom pour la quatrième fois, après le succès de 1998 dans l'ancienne formule baptisée Coupe de la CAF.

On fait donc table rase des petites chamailleries du championnat local, et l'espace d'un week-end de fin d'été, la mobilisation est totale derrière la fine fleur des clubs du pays.

Certes, on n'est pas à l'abri des mauvaises surprises, mais l'optimisme est permis.

Tunisie

Borhène Besaies - «On ne peut réviser la Constitution en l'absence de la Cour constitutionnelle»

Il a rappelé l'article 144 de la Constitution qui énonce que «toute proposition de révision… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.