12 Septembre 2017

Afrique de l'Ouest: Dégradation des terres au Sahel - S'approprier l'Atlas des paysages de la région, la clé du succès

Le Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) en collaboration avec le ministère de l'Agriculture et des Aménagements hydrauliques (MAAH) a célébré sa 32e journée, le mardi 12 septembre 2017 à Ouagadougou.

Créé à la suite des grandes sécheresses des années 1970, le Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), a soufflé sa 44e bougie hier, mardi 12 septembre 2017.

Conformément à un de ses objectifs qui est la lutte contre la dégradation des terres, l'institution a décidé de célébrer l'anniversaire dénommé 32e Journée du CILSS sous le thème : «Utilisation et occupation des terres : l'Atlas des paysages du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest, un outil de planification et d'aide à la décision». A l'instar des 16 autres pays- membres, le Burkina Faso a commémoré l'évènement à Ouagadougou à travers plusieurs activités dont des jeux radiophoniques, une exposition- vente de produits forestiers non ligneux et une conférence- débat autour du thème de la 32e Journée de l'institution.

Le choix de la thématique a été guidé, selon le secrétaire exécutif du CILSS, Adoum Djimé, par les difficultés que les pays du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest rencontrent dans la gestion des terres et de l'environnement au regard du changement climatique intervenu ces dernières années.

En effet, a-t-il dit, l'Atlas intitulé «Les paysages de l'Afrique de l'Ouest : un monde en pleine évolution» produit avec l'appui de l'USAID, montre qu'entre 1975 et 2013, les habitats naturels des régions sahéliennes et soudanienne comme la steppe, la savane, ont été fortement dégradées à cause de la forte croissance démographique. La superficie couverte par les cultures a doublé en Afrique de l'Ouest, a-t-il renchéri. «Cette conversion des paysages en agriculture a considérablement réduit la biodiversité naturelle et a exposé le sol à l'érosion», a-t-il certifié. Il urge donc selon lui de prendre des mesures idoines pour freiner la dégradation des terres et assurer la sécurité alimentaire.

Faire des choix éclairés

A cet effet, il a soutenu que l'Atlas, fruit de plusieurs décennies de travail, est un document de référence, de capitalisation et de plaidoyer qui peut faire prendre conscience aux décideurs et aux citoyens, des changements inquiétants en cours et les éclairer sur les comportements à adopter.

«Nous voulons que ce document soit un instrument de travail, de décision pour les politiques afin d'améliorer la productivité agricole, d'où sa vulgarisation», a-t-il justifié. Pour sa part, le ministre de l'Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, porte- parole du président en exercice du CILSS, Ibrahim Boubacar Keïta, président du Mali, a indiqué que le défi de cette célébration est de faire en sorte que tous les pays puissent s'approprier le document.

Pour lui, la dégradation des terres et de l'écosystème, en plus d'impacter négativement sur la productivité agro-sylvio-pastorale, engendre de nombreux conflits locaux et même interétatiques à la suite des mouvements de migrations économiques et de transhumances transfrontalières. «De ce fait, l'Atlas qui constitue un outil d'aide à la décision et de planification est salutaire.

Nous devons donc nous l'approprier pour prendre les mesures idoines afin de préserver notre environnement», a-t-il déclaré. Aux partenaires techniques et financiers, il a sollicité plus d'accompagnement pour les institutions régionales qui œuvrent inlassablement pour l'amélioration des conditions de vie des populations sahéliennes et ouest-africaines. En attendant la réponse à cet appel, les participants à la 32e Journée du CILSS ont montré leur engagement dans la lutte contre la dégradation des terres et la désertification à travers la plantation d'arbres dans la cour du ministère de l'Agriculture et des Aménagements hydrauliques.

Afrique de l'Ouest

Sahel - Près de 500 migrants sauvés de trafics par une opération d'Interpol

Près de 500 migrants, dont la moitié mineurs, ont été sauvés par une opération… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.