12 Septembre 2017

Togo: Des signes de décrispation

Le parlement togolais semble disposé à ouvrir le débat sur les réformes constitutionnelles

Hier mardi, Dama Dramani, président de l'Assemblée nationale togolaise a contenté l'opposition qui protestait contre l'ordre du jour de la session en cours et qui n'abordait pas le projet de loi de réforme constitutionnelle. Le président du Parlement togolais a plutôt annoncé que, la conférence des présidents, les groupes parlementaires et les commissions allaient se réunir ce mercredi.

Et selon l'opposition, la conférence des présidents devrait plancher sur un nouvel ordre du jour de la session parlementaire intégrant la réforme de la Constitution sollicitée. L'ordre du jour de la session parlementaire prévue mardi ne prévoyait que les questions liées au budget 2018. Pourtant, depuis plus de dix ans, la plupart des partis d'opposition du pays réclament des réformes constitutionnelles pour limiter à deux le nombre de mandats présidentiels et un scrutin à deux tours. Ces revendication sont conformes à la Constitution togolaise de 1992, qui a été modifiée à plusieurs reprises. En 2002, la limitation des mandats présidentiels a notamment été supprimée.

Et cette disposition est au cœur des revendications de l'opposition togolaise. Du côté de la mouvance présidentielle, l'on n'est toutefois pas fermé au dialogue, mais celui-ci doit se faire dans un cadre légal. Ainsi, pour Alphonse Waguena, le secrétaire général de l'Assemblée nationale, « selon l'article 110 du règlement intérieur de l'Assemblée nationale, la révision constitutionnelle ne peut pas faire l'objet d'une procédure d'urgence ».

Toujours est-il que les travaux des parlementaires prévus ce mercredi devraient privilégier le dialogue. Mardi, le président du groupe parlementaire du parti au pouvoir, Christophe Tchao a notamment appelé l'opposition à « jouer l'apaisement ». Mais du côté de l'opposition, la discussion sur les réformes constitutionnelles est la condition essentielle à tout dialogue. Faute d'obtenir satisfaction, l'opposition a prévu de nouvelles manifestations ce vendredi et d'autres la semaine prochaine.

Togo

Crise politique, l'économie au ralenti

Des boutiques pillées, des banques fermées faute de connexion internet, une baisse du trafic au port… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.