13 Septembre 2017

Cote d'Ivoire: Obus lancés à Abobo pendant la crise postélectorale un témoin de bensouda raconte son calvaire

Silué Alice épouse Koné, née le 22 décembre 1967 à Ferkessédougou et devenue musulmane de par son mariage, a raconté mardi 12 septembre 2017 son calvaire lors de la crise postélectorale de 2010-2011, suite à des obus lancés à Abobo. Elle témoignait dans le procès couplé à la Cour pénale internationale (Cpi) de l'ancien président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, le présumé leader de l'ex-galaxie patriotique.

Pour le compte de l'accusation chapeautée par la procureure de la Cpi Fatou Bensouda, Silué Alice a été appelée à la barre. Elle a expliqué le calvaire qu'elle a vécu avec sa famille dans le quartier du village Sos d'Abobo en mars 2017. Selon elle, sa famille s'était réfugiée dans une mosquée dont l'imam se nomme Issa, alors que des obus étaient lancés à cet endroit.

Au témoin de Bensouda, la défense de Laurent Gbagbo, via Me Jennifer Naouri, demande pourquoi son mari a demandé à la famille d'aller se réfugier chez Issa. Ce qui permet à Silué Alice de relater ce qui suit :

« Parce que c'était la première fois qu'on entendait ce genre de bruits dans le quartier. (... ) Nous sommes nous réfugiés là-bas parce que là-bas est en étage et nous nous sommes dit que nous serions en sécurité. Les enfants sont sortis et moi j'ai pris le temps de fermer les portes. C'est en fermant les portes que le 2e (obus) est tombé vers le maquis « Qui me connait ».

(... ) Ils étaient 5 (son mari y compris ses enfants, Ndlr). Dans la cour, il y avait Papis, Mohamed et Samassi. (... ) Mohamed, lui, n'avait pas porté d'habit. Donc, il s'est retourné pour aller prendre son habit. (... ) Mohamed n'est pas mon fils. Il loge dans la cour. (... ) Quand je me suis retrouvée dans la mosquée chez Issa, le 3e obus est tombé dans une cour. (... ) Ma famille était là, avec la famille d'Issa et d'autres personnes aussi qui venaient se réfugier.

(... ) La porte de la mosquée était ouverte. Quand Issa a vérifié qu'il n'y avait plus personne dehors, il a fermé le portail. (... ) Quand il a fermé la porte, il est venu s'arrêter à côté de moi. (... ) J'étais sur les escaliers pour aller à l'étage. (... ) Je me suis incliné pour vérifier qu'un de mes fils Ismaël était parmi les personnes présentes à la mosquée. Quand on m'a dit qu'il est là, je m'apprêtai à remonter. Et Papis qui était derrière moi a crié : « On m'a eu ! ». En ce moment, le 4e obus venait de tomber chez nous. Ce sont les éclats qui sont venus nous trouver à la mosquée.

(... ) Je l'ai regardé et j'ai vu que des éclats étaient rentrés dans ses pieds. (... ) Je me retourne vers Issa pour lui dire de venir pour qu'on aide Papis. J'ai vu que lui aussi avait du sang coulait sur ses deux mais et ses pieds. Alors, moi je veux me lever pour aider Papis, je constate que ces éclats sont aussi rentrés dans mes pieds. (... ) Issa et Papis s'étaient évanouis. (... ) C'était la panique dans la mosquée. (... ) Les jeunes du quartier et ceux avec qui nous étions dans la mosquée sont venus nous aider.

(... ) Ils nous ont transportés avec des wotro, genre des pousse-pousse (brouettes en bois, Ndlr). (... ) Ce sont ces jeunes qui ont sorti Issa et Papis de la mosquée. (... ) »

Avant son évacuation à l'hôpital, elle a précisé avoir d'abord été transportée dans une église méthodiste non loin de la mosquée. Selon Silué Alice, suite à son opération au sortir de cette journée, elle a dû se servir de béquilles pendant 3 mois pour se déplacer. Car, a-t-elle précisé, elle était dans l'impossibilité de marcher. Elle a dit, également, qu'elle continue aujourd'hui encore d'utiliser ces béquille parce qu'elle ressent à quelques moments des douleurs. « J'ai apporté les 3 fragments d'obus extraits de mon corps aux enquêteurs de la Cpi », a-t-elle par ailleurs ajouté.

C'est justement par rapport à la crise postélectorale de 2010-2011 dont le bilan fait état de 3000 morts, que Gbagbo et Blé Goudé sont poursuivis par la Cpi.

Cote d'Ivoire

Tiken Jah Fakoly dénonce une tentative d'escroquerie

Au Mali, le chanteur ivoirien Tiken Jah Fakoly se voit réclamer la coquette somme de 10 millions de FCFA. Ce sont… Plus »

Copyright © 2017 L'Intelligent d'Abidjan. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.