13 Septembre 2017

Madagascar: Commission épiscopale Justice et Paix - L'Eglise catholique dénonce le règne de l'insécurité

Le père Germain Rajoelison, SG de la Commission épiscopale Justice et Paix avait exprimé l'inquiétude de l'Eglise catholique face à l'insécurité qui n'épargne pas les prêtres et les religieuses.

A la demande du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de Madagascar, 52 Prêtres et Laïcs, représentants de Justice et Paix, ont tenu du 6 au 8 septembre 2017 à Ampatsakana By Pass, une réunion extraordinaire sur les problèmes liés à l'insécurité sur toute l'étendue du pays. Juste avant le lancement hier au CCI Ivato de la mise en œuvre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) à Madagascar.

La réunion était l'occasion pour les participants de s'échanger des informations et d'analyser le vécu quotidien des Malgaches. Et de dresser aussi un état des lieux alarmant caractérisé par « les vols de bœufs, les coups et blessures volontaires, la justice populaire, les vols avec effraction, les vols de cloche d'église, les coupeurs de route, les vols de culture sur pied, les larcins, les violations de sépulture et vols d'ossements humains, les viols, la traite de personnes, les rapts d'enfants, la prolifération des substances psychotropes, les attaques à main armée, la corruption de haut vol, la destruction de biens et l'accaparement de terrains appartenant à autrui, les vols à la tire, les incendies de villages comme à Antsakabary, les attaques assorties d'actes odieux contre des religieuses tel que c'était le cas à Antsirabe, le meurtre de prêtres etc. ». Rappelons que le secrétaire général de la Commission épiscopale Justice et Paix à Madagascar, le père Germain Rajoelison avait déjà fait part de l'inquiétude de l'Eglise catholique après les actes de violence contre des prêtres et des religieuses.

« Le peuple n'a plus confiance aux dirigeants ». D'après les résolutions de la Commission Episcopale pour la Justice et Paix, « ces atteintes à la sécurité des biens et des personnes ont des impacts négatifs dans tous les domaines. Sur le plan économique, ils diminuent la propension de la population à produire. Sur le plan politique, le peuple n'a plus confiance aux dirigeants. Sur le plan social, c'est la rupture du « fihavanana ». Bon nombre d'écoles sont fermés en milieu rural ; les CSB manquent de personnel soignant ; les gens meurent de faim et sont vulnérables aux maladies. Enfin, sur le plan culturel, l'esprit et les valeurs malgaches sont bafoués ».

« Des malfrats à la solde de dahalo ambony latabatra ». Tout en reconnaissant qu'« il y a des mesures prises par les dirigeants comme la collaboration entre les forces de l'ordre et le fokonolona pour suivre les traces des zébus volés ; ou encore la protection des passagers sur les routes nationales ; et l'aide aux villageois qui ont vu leurs cases incendiées, Justice et Paix de souligner que « malgré tout cela, la situation ne cesse d'empirer. La population ne dort plus sur ses deux oreilles de jour comme de nuit. Des armes très puissantes circulent. Les drogues et les jeux de hasard se multiplient ». D'après les résolutions d'Ampantsakana, « les responsables ne maîtrisent pas du tout la sécurité des biens et des personnes. Il y a des réseaux de malfrats professionnels à la solde de « dahalo ambony latabatra » c'est-à-dire en col blanc et/ou de certaines grosses fortunes sur place ou venues de l'extérieur. La vie humaine n'est plus respectée face à la culture de la violence. Les vindictes populaires ont droit de cité. La confiance n'est plus de mise. La méfiance règne et c'est le chacun pour soi ». Aux yeux de la Commission Episcopale Justice et Paix, le peuple ne sait plus à quel saint se vouer.

Madagascar

Les députés estiment qu'il faut faire plus contre l'insécurité

À Madagascar a débuté, jeudi 23 novembre à l'Assemblée nationale, une séance… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.