13 Septembre 2017

Afrique: La Guinée et la République démocratique du Congo deviennent membres de Fonds Africa 50

La plateforme panafricaine d'investissement, le Fond Africa 50 a tenu sa troisième rencontre des parties prenantes ce mardi 12 septembre 2017 à Dakar en présence du Président de la Banque africaine de développement et du chef de l'Etat Sénégalais Macky Sall.

Mais l'un des temps forts de cette rencontre a été l'intégration par le Président Akinwumi Adesina de la Banque africaine de développement de deux nouveaux acteurs africains, à savoir la Guinée et la République démocratique du Congo.

Dans son discours à la cérémonie d'ouverture , le Président Macky Sall a exprimé son soutien renouvelé à la mission du Fonds Africa 50 dont l'objet est de catalyser les investissements du secteur privé, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Afrique dans le secteur des infrastructures en Afrique, étant donné que les ressources publiques se sont avérée insuffisantes.

Tout en soulignant le succès du Sénégal, il a mis l'accent sur le fait que le gouvernement doit améliorer le climat des affaires et créer un environnement plus favorable aux investissements privés dirigés vers le secteur des infrastructures, y compris le cadre réglementaire des partenariats publics privés. En déclarant que « l'Afrique est ouverte aux affaires », il a également souligné que le continent avait défini ses priorités au moyen d'initiatives tel que le PISA, et pourrait utiliser le Fonds Africa 50 comme un nouvel instrument d'une grande importance. Il a ajouté, « j'encourage tous les pays africains, à se joindre à ce Fonds, qui est le nôtre, afin de combler le déficit de financement des infrastructures. »

Quant au président du conseil du Fonds Africa 50 et Président de la Banque africaine de développement , Akinwumi Adesina, a réitéré la nécessité pour les investissements privés de pallier les besoins important concernant le financement des infrastructures en Afrique, en mentionnant référence l'intérêt grandissant des investisseurs. En se tournant vers 2025 et en considérant un déficit prévisionnel de financement de 30-40 milliards, financer les infrastructures africaines va demander un équilibre entre le financement du développement, qui peut à la fois financer et atténuer les risques des financements initiaux, et un investissement institutionnel sur le long terme capable de réduire rapidement le déficit de financement.

Le Fonds Africa 50, d'après lui, a été créé par la BAD dans le but d'allier les financements publics et privés, et grâce à son département de développement de projets, construire le pipeline de projets « viables » et faciliter les partenariats publics privés. Il a congratulé le leadership du Fonds pour le déploiement des activités, le recrutement de personnel et de consultants de pointe, et la création d'un comité d'investissement respecté. Il a assuré que la BAD continuerait à a travailler en étroite collaboration avec le Fonds Africa 50, en particulier à l'amélioration de l'accès à l'énergie. Le président Adesina a également accueilli officiellement deux nouveaux acteurs africains, à savoir la Guinée et la République démocratique du Congo.

Prenant la parole, Alain Ebobisse a souligné l'importance du rôle du secteur privé dans la réduction du déficit de financement des infrastructures. Il a cité trois facteurs de réussite pour la mission du Fonds : le grand soutien de la BAD et des acteurs, la compétence et l'expérience du personnel du Fonds, et la qualité des projets conçus pour être commercialement viable tout en ayant un impact fort sur le développement.

Le Président du Fonds Africa 50 Alain Ebobisse a fait également fait le point sur les projets d'investissement et la stratégie. Se sont également joint à eux des ministres des finances, de hauts fonctionnaires, et des hommes d'affaires.

Afrique

L'immigration clandestine au cœur d'un colloque à Abidjan

A Abidjan, le sommet Union africaine-Union européenne doit se tenir à la fin du mois de novembre avec… Plus »

Copyright © 2017 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.