13 Septembre 2017

Togo: Azaad Bayor Kélani attaquera la décision de Wu Ching-Kuo au TAS

"La Commission disciplinaire d'AIBA prend une position forte après une ingérence critique lors des championnats continentaux africains au Congo Brazzaville.

À la suite d'un incident du 25 juin 2017, lors des Championnats africains AFBC de boxe continentale organisés par la Fédération congolaise de boxe (Fecoboxe) à Brazzaville, au Congo et à la lumière des rapports des responsables de l'AIBA présents au tournoi, la Commission disciplinaire AIBA a décidé d'exclure Fecoboxe organise tout concours AIBA pendant deux ans et suspend ses effets immédiats avec le président de la Fédération africaine de boxe (AFBC), le vice-président de l'AIBA et le membre du comité exécutif, M. Kelani Bayor, de toutes les activités, tâches et responsabilités de boxe pour une période de trois ans.

La Commission de Discipline a constaté qu'une réaction hostile et menaçante aux fonctionnaires de l'AIBA par les spectateurs après le résultat d'un combat le dernier jour de la compétition a été exacerbée par les commentaires de M. Bayor, qui ont commis des violations graves et inacceptables du Code Disciplinaire AIBA. L'intimidation ressentie par les fonctionnaires de l'AIBA à la suite d'une planification de la sécurité insuffisante de Fecoboxe, de leur réponse insuffisante à la situation et des actions de M. Bayor, a été entièrement esquissée dans le rapport écrit du superviseur du tournoi.

La décision de la Commission était également basée sur des témoignages écrits de la majorité des fonctionnaires présents. La décision de la Commission est définitive et n'est pas susceptible d'appel". C'est l'essentiel de la décision prise le 11 Septembre dernier et rendue publique hier mardi par l'AIBA (Fédération Internationale de Boxe).

Réagissant à cette décision ce jour, Azaad Bayor Kélanie, vice-président de l'AIBA, également président de la CAB (Confédération Africaine de Boxe) et président du CNO-Togo (Comité National Olympique Togo) parle de "décision injuste", dans la mesure où, il n'a pas été entendu, et que les autres membres de l'AIBA n'ont aucunement été au courant d'une telle décision. Comme quoi, la décision que le communiqué dit provenir de la Commission de discipline,à en croire M. Bayor est "une décision solitaire du président de l'AIBA", le Taïwanais Wu Ching-Kuo.

Des explications du sanctionné, c'est une décision qui n'a d'effet qu'au niveau de l'AIBA et dans une certaine mesure de la boxe, et n'entâche en rien son poste de président du CNO-Togo. "C'est deux branches différentes", a-t-il soutenu, faisant ainsi allusion au CIO et à l'AIBA. Interprétant cette initiative du président de l'AIBA, comme un coup pour lui barrer la route dans son volonté de briguer la présidence de l'instance de gestion de la boxe mondiale, Kélani Bayor n'entend aucunement se laisser affliger par une telle décision. L'homme qui dit avoir le soutien de 12 des 15 memebres du bureau de l'AIBA qu'ils sont avant qu'il ne soit suspendu, bien que cette décision soit assortie de ce qu'elle est "définitive" et n'est "pas susceptible d'appel", compte recourir au TAS.

On attend de voir quelle sera la décision finale que le Tribunal Arbitral du Sport rendra.

Togo

Répondre aux besoins d'investissement des PME

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé vendredi un prêt de 50 millions d'euros en… Plus »

Copyright © 2017 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.