13 Septembre 2017

Cameroun: Batcham - Un grenier à l'Ouest

Grâce au bitumage en cours de la route qui le dessert, cet arrondissement voit l'avenir en rose notamment en raison d'une abondance production agricole qui n'attend que preneurs.

Mercredi matin. Le ciel est un peu nuageux. Le vent souffle un peu fort. Sur la route qui mène à l'arrondissement de Batcham, c'est le calme plat. De temps en temps, de rares véhicules passent, produisant un bruit qui perturbe la douce quiétude. Des enfants ont ramassé des avocats tombés des arbres, tôt le matin. Ils les écoulent, ensuite. Avec 500 F, vous pouvez vous procurer une bonne assiette de ce fruit très prisé. Un peu plus loin, la route est glissante. La pluie de la veille a laissé des traces. Il faut user de malice pour traverser sans encombre avec un petit véhicule. Les véhicules tout terrain, eux, n'ont pas de problèmes pour circuler. Au centre-ville de l'arrondissement, c'est également le calme.

Dans les bureaux du sous-préfet, l'on s'active. L'autorité administrative tient une réunion animée, avec ses collaborateurs. Le groupe travaille sur « un dossier important. » Plus loin, sur la route qui mène à la chefferie Batcham, un engin de génie civil s'active, sous l'œil vigilant d'un responsable. Les ouvriers, eux, effectuent des tâches plus ou moins précises. Il s'agit ici de la route de désenclavement du bassin agricole de l'Ouest, dont les travaux passent par l'arrondissement de Batcham. Depuis le lancement de ce projet, la vie semble s'être accélérée dans cette circonscription administrative. En effet, les populations qui rencontrent des difficultés pour faire sortir leurs productions des champs entrevoient des jours meilleurs.

Ce d'autant plus que Batcham est un grenier, qui n'a rien à envier aux autres grands bassins que compte le département des Bamboutos. La présence d'une partie du mont Bamboutos, au niveau du groupement Bangang, offre l'opportunité aux populations d'effectuer de bonnes récoltes, du fait du climat frais qui est approprié. Ici, on cultive essentiellement de la pomme de terre, des avocats, du chou, de la pastèque et autres légumes et fruits. Toute la production issue de ce bassin agricole traverse les frontières nationales, pour être vendue au Gabon, au Tchad et en République centrafricaine. C'est grâce à cette agriculture que de nombreuses familles ont pu envoyer leurs enfants à l'école. Et certains de ces enfants sont devenus aujourd'hui des élites qui comptent.

Ces élites, renvoyant l'ascenseur, participent au développement du coin, par des actions sociales et communautaires. Sur le plan scolaire, cet arrondissement créé depuis 1962 est assez pourvu. Plus d'une dizaine d'établissements d'enseignement secondaire permettent de dispenser une éducation de qualité aux jeunes. L'enseignement primaire et maternel est étendu dans toute la localité, avec une présence remarquée des institutions missionnaires. Une fierté locale. Sur le plan sanitaire, un centre médical d'arrondissement fonctionne, avec trois médecins rompus à la tâche.

Plusieurs centres de santé sont opérationnels dans les groupements et disposent, pour la plupart, d'un médecin. Le réseau électrique est lui aussi une réalité dans l'arrondissement. Le seul problème demeure l'eau potable, dont les besoins sont sans cesse croissants, malgré les efforts déployés par les pouvoirs publics. Néanmoins, la municipalité semble avoir pris la mesure et entend réhabiliter plusieurs adductions d'eau et construire des forages.

Vision

Philippe Gavinet Yonta Meli: « Nous allons aménager le site touristique de Mepibua »

Président du Comité de développement de Bangang

« Notre plus grande réalisation, à ce jour, reste le désenclavement de l'accès au site de Mepibua, un village qui doit son nom à deux merveilleuses chutes constituant un spectacle sur son territoire. C'est une très grande réalisation, une mine d'or. Nous avons aussi distribué des tables-bancs dans certains établissements scolaires, pour améliorer les conditions d'apprentissage de nos enfants. Nos chantiers futurs portent sur la finalisation du plan architectural de notre chefferie supérieure. Ensuite, nous allons lancer les travaux sur le site touristique de Mepibua. »

Sa Majesté Serges Momo Keubou: « Les élites doivent poursuivre leurs efforts » Chef supérieur Bangang

« Les forces vives et les élites doivent continuer à fournir des efforts, afin que nous puissions atteindre le développement souhaité. Les problèmes principaux qui se posent dans notre groupement sont surtout liés au mauvais état des routes. En deuxième lieu, le problème de l'eau. Nous avons un système de gravitation, à partir du mont Bamboutos. Mais, au fil du temps, ce cours d'eau s'assèche. De même, le réseau de distribution d'eau de la Scanwater est quelque peu grippé. En conséquence, l'eau ne coule plus dans les domiciles. Le troisième problème concerne l'électricité. Nous comptons sur les pouvoirs publics, pour la construction des forages et l'installation de nouvelles lignes électriques. »

Pierre Meli: « Nous tendons la main au gouvernement »

Elite

« Les normes internationales jugent le niveau de développement sur certains critères, tels que l'eau potable, l'éclairage public et les voies de communication. Le taux de la population qui a accès à ces services sociaux reste encore faible. Mais nous devons saluer la construction de la route de désenclavement du bassin agricole de l'Ouest. Cette route qui traverse Bangang sur une bonne distance, apporte un plus dans le développement de notre groupement. Nous allons continuer à tendre la main au gouvernement de la République, pour plus d'investissements directs des ministères ou des collectivités territoriales décentralisées. Pour pour l'aménagement des voies de communication, de l'eau potable et l'éclairage. »

Cameroun

Déclaration de la COMICODI sur l'Affaire de l'Ecole Nationale d'Administration et de Magistrature

Ces communiqués qui sont relatifs à l'admissibilité aux épreuves orales à l'issue des… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.