14 Septembre 2017

Madagascar: Rumeur de peste à Antanimora - Panique générale au tribunal Anosy

La rumeur selon laquelle la peste aurait entraîné des décès de détenus à Antanimora, a failli paralyser le tribunal d'Anosy, hier. Un démenti du médecin de la prison aurait été nécessaire pour rassurer le personnel.

Épouvante. Un vent d'effroi aurait soufflé dans les travées du tribunal d'Anosy, hier. La psychose de l'épidémie de peste a atteint le personnel judiciaire. En cause, « une fausse information », selon laquelle, « cinq détenus ont succombé à la peste, à la maison d'arrêt d'Antanimora ».

Contactée, Odette Balisama Razafimielisoa, procureur de la République, au Tribunal de première instance d'Antananarivo (TPI), a fortement dénoncé cette « fausse information », qui selon ses explications, « a failli paralyser le tribunal aujourd'hui [hier] ». La rumeur publiée, par ce qui s'est avéré être « un compte fictif », sur Facebook, a terrifié le personnel judiciaire, au point que des magistrats ont refusé de siéger dans les audiences qui concernaient des détenus en provenance de la maison de force d'Antanimora.

Au motif de craindre une contamination par la peste, des magistrats du parquet, selon le procureur de la République, auraient demandé à ne pas effectuer les visites des détenus, à la prison d'Antanimora. L'idée que les détenus de cette maison d'arrêt ne soient pas transférés au tribunal pour être jugés, de crainte de propagation de l'épidémie, aurait même fait son chemin.

Apprenant la rumeur qui s'est propagée sur le réseau social, même des membres du personnel pénitentiaire auraient, aussi, refusé de rejoindre leur lieu de travail. « Il a fallu que j'appelle le médecin de la prison devant eux, afin qu'il fasse lui-même un démenti de cette fausse information, sinon je n'aurais pas pu les convaincre de reprendre le travail », a déclaré le procureur Razafimielisoa. L'alerte sur les risques d'une épidémie de peste, dans la capitale, notamment, a été donnée par la presse, mardi.

Dans un communiqué de presse, hier, le ministère de la Santé publique a indiqué que « nous sommes actuellement, dans la saison pesteuse, à Madagascar ».

Psychose populaire

Le département ministériel ajoute que « des cas suspects de peste pulmonaire ont été notifiés dans les régions Vakinankaratra, Analamanga, Alaotra- Mangoro, Antsinanana, Sava et Boeny (... ) Les cas suspects sont maitrisés et les investigations se poursuivent ». Si le ministère de la Santé, tente de rassurer la population, les publications alarmistes inondent, pourtant, les réseaux sociaux, depuis mardi.

Des comptes dont certains sont, de prime abord, douteux affirment l'existence de décès causés par la peste dans plusieurs quartiers de la capitale. Ces informations publiées sur Facebook, sont, cependant, toutes démenties par les autorités sanitaires. Pour beaucoup, néanmoins, le ministère de la Santé publique semble avoir tardé à réagir de manière officielle et expliquer au public ce qu'il en était vraiment.

Sans l'alarme donnée par la presse il est probable que l'existence de risques dus à « la saison pesteuse », n'aurait jamais été rendue publique. Le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé, lui n'a pas encore pipé mot sur le sujet, jusqu'ici. Cela explique, cependant, que la psychose populaire est alimentée à outrance dans le but, visiblement, de créer une panique générale sur fond de clientélisme politique.

Engagement de poursuite

À cause de la panique que cette rumeur de décès causés par la peste à la prison d'Antanimora a provoquée, le procureur de la République, a réagi en « dénonçant » le compte qui a publié cette information sur Facebook, auprès de la direction de lutte contre la cybercriminalité auprès du ministère de la Sécurité publique, hier. Selon les informations, une enquête qui devrait déboucher sur une poursuite judiciaire, a été immédiatement ouverte. Les premiers résultats indiquent que la publication aurait été faite par le biais d'un faux-compte, ou « compte fake », dans le jargon du web. Les enquêteurs seraient, actuellement, en train de retracer la source de la publication pour identifier l'individu qui se cache derrière le « compte fake », afin de l'appréhender.

Madagascar

Dans la déferlante des hommages à ZAFY Albert - Macron et Kolo Roger se partagent la pôle position

Inhumation samedi 21 octobre dans sa terre natale d'AMBILOBE du Professeur Zafy Albert, Premier Président de la… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.